Bien-être animal à Ganshoren ce dimanche: «Ces journées sont primordiales»

Photo prétexte.
Photo prétexte. - Isopix

Cette journée de sensibilisation, que la commune a lancée en 2016, permet de créer des ponts entre les associations, les refuges et les citoyens mais permet également des potentielles adoptions et la naissance de nouveaux membres ou bénévoles pour venir en aide aux refuges qui sont saturés.

« Ces journées sont primordiales », souligne l’échevine en charge du Bien-être animal, Sabrina Baraka (MR). Bien que les animaux soient reconnus comme des êtres vivants doués de sensibilité et ayant des sentiments, ils sont toujours considérés par certaines personnes comme de simples objets de consommation. Chaque année près de 3.000 animaux sont abandonnés en région Bruxelloises, sans parler des cas de négligences et/ou de maltraitance. Il faut continuer à mobiliser. »

L’environnement la jeunesse

Pour cette édition 2022, une nouveauté : « L’environnement s’invite à cette journée du bien-être animal et la jeunesse aussi ! » Sabrina Baraka, qui a également les compétences de l’Environnement et de la Jeunesse, a souhaité cette année mutualiser et rassembler les forces par le biais d’un partenariat entre ses trois services. « Cette mutualisation permet de rassembler plus de monde en un seul événement et dès lors de rassembler celles et ceux qui sont sensibles tant à la cause animale qu’à la protection de la biodiversité, de l’environnement qui les entoure et de facto de la planète car tout peut être lié. »

Mieux planter, tondre, laisser pousser, monter des projets durables c’est bon pour l’environnement et la planète certes mais c’est également bon pour la restauration de maillages, le gîte et le couvert donnés et ainsi préserver la biodiversité composée des oiseaux et d’autres animaux vertébrés ou non.

Sensibiliser à moins consommer de viande est certes bon pour la planète mais cela permet de combattre la production de masse et tout ce qui en découle inévitablement au niveau du bien-être animal.

Des associations environnementales ainsi que des collectifs citoyens seront présents pour sensibiliser les gens et montrer les nouveaux projets sur le territoire de la commune.

Dès le plus jeune âge

Pour les enfants et jeunes, toute une série d’activités leur seront proposées dans le but de leur apprendre le respect et les bons gestes à avoir envers un animal que cela soit le leur ou celui qu’il croiserait dans la rue ainsi que le respect à avoir envers l’environnement qui les entoure.

« Si nous voulons du changement, c’est à la base que nous devons travailler et ce dès le plus jeune âge », glisse Sabrina Baraka. « Nous les sensibilisons aux causes mais les enfants auront leur liberté de choix des activités auxquelles ils souhaitent participer en fonction de leur propre sensibilité et de ce qui leur parle. »

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Ganshoren (Bruxelles-Capitale)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES