La chambre des mises en accusation ordonne la libération de Smail Farisi

La chambre des mises en accusation ordonne la libération de Smail Farisi
Belga

Accusé d’être co-auteur des attentats terroristes du 22 mars 2016 à Bruxelles, l’homme avait été placé en détention à l’approche du procès d’assises, qui débute en octobre. Son avocat avait alors déposé une demande de libération. La chambre des mises en accusation a finalement accédé à cette demande, afin que Smail Farisi puisse comparaître libre devant la cour d’assises.

Le parquet fédéral avait fait exécuter, mercredi dernier, l’ordonnance de prise de corps pour Smail Farisi, en liberté provisoire dans l’attente d’être jugé. À l’approche du procès, le parquet fédéral a estimé qu’il était nécessaire de faire arrêter cet accusé, pour s’assurer qu’il comparaîtrait devant la cour. Mais l’avocat de Farisi, Me Sébastien Courtoy, avait ensuite déposé une requête de remise en liberté devant la chambre des mises en accusation, qui lui a donné raison ce mercredi.

Smail Farisi est accusé d’être co-auteur d’assassinats et de tentatives d’assassinats commis dans un contexte terroriste, le 22 mars 2016 à Bruxelles et à Zaventem. Il avait loué son appartement de l’avenue des Casernes à Etterbeek au kamikaze Ibrahim El Bakraoui. Ce logement a servi de planque à ce dernier dans un premier temps, puis à Ossama Krayem et Khalid El Bakraoui dans un second temps. Après les attentats, Smail Farisi et son frère avaient vidé et nettoyé de fond en comble le logement.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES