Felice Mazzù: «La Conference League est très importante pour nous»

Felice Mazzù: «La Conference League est très importante pour nous»
News

Tout à perdre et pratiquement rien à gagner. Ce sera désormais le lot d’Anderlecht, chaque été, tant qu’il n’aura pas remonté définitivement la pente. Le revoilà donc en Europe, 343 jours après le désastre de Vitesse Arnhem et pour de nouveaux préliminaires guère plus sexy que ceux de l’an passé. C’est une nouvelle fois typiquement le genre de rencontre piégeuse qu’Anderlecht disputera ce jeudi soir (18h45) à Tallinn à l’occasion de la manche aller du troisième tour préliminaire de la Conférence League. Kevin Voolaid, l’entraîneur de Paide Linnameeskond, a d’ailleurs annoncé la couleur mercredi en conférence de presse.

« Nous n’avons pas peur d’Anderlecht, a-t-il prévenu. Après Tbilissi et l’Ararat Arménia, nous voulons aussi éliminer les Mauves. Tous les Anderlechtois ont un joli CV mais aucun n’a le palmarès de Ragnar Klavan (ex-Liverpool). Or, ce ne sont pas les individualités mais le collectif qui fera la différence. »

Le T1 estonien bluffe, bien entendu, mais Felice Mazzù se méfie. « Nous avons le plus grand respect pour notre adversaire, qui est très fort mentalement comme il l’a montré aux deux tours précédents en se qualifiant systématiquement aux tirs au but, rappelle-t-il. Lors de ses deux derniers matchs européens, contre l’Ararat Arménia, il n’a pas encaissé le moindre but. Pour nous, la clé du match consistera à inscrire le premier goal. »

S’il a marqué des points samedi dernier au Cercle en préférant l’audace à la prudence à dix contre onze, l’entraîneur anderlechtois n’a pas oublié que le Sporting était passé à côté de son sujet durant la première mi-temps. « Je n’ai pas douté après le mach et je ne doute toujours pas aujourd’hui, assure-t-il. Le souci était mental. Nous en avons parlé avec les joueurs et j’espère que la réaction sera au rendez-vous ce jeudi. Certains ont peut-être tendance à mépriser la Conférence League mais ce n’est pas notre cas. Cette compétition est très importante pour nous. Tout le monde attend de revoir Anderlecht dans une phase de poules. »

Hoedt : « Celui qui ne sait pas gérer une telle pression ne doit pas être joueur de foot »

La pression sera sur les épaules mauves, dans le Coq Arena de Tallinn. « Je ne crains pas pour autant que la nervosité envahisse mon groupe, rassure Mazzù. Il lui manque juste parfois un peu d’expérience, comme on l’a vu au Cercle, mais il y a beaucoup de qualité tant chez nos jeunes que chez nos joueurs d’expérience. » Wesley Hoedt espère bien que ça suffira pour se qualifier pour les barrages face aux Young Boys ou au KuPS Kuopio. « Notre manque d’énergie dans certains matchs, comme au Cercle, m’inquiète, avoue le Néerlandais, qui ne tourne jamais autour du pot. Bien sûr que le match contre Paide sera vital pour le club et qu’il y aura de la pression. Mais ce ne sera pas une excuse. Celui qui ne sait pas la gérer ne doit pas être joueur de foot. »

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Anderlecht (Bruxelles-Capitale)Le Coq (Flandre occidentale)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Tout le foot amateur et chez les jeunes

Aussi en SC Anderlecht