Le mois de juin 2022 est le 3e mois de juin le plus chaud jamais enregistré

Le mois de juin 2022 est le 3e mois de juin le plus chaud jamais enregistré
Photo News

La température moyenne mondiale pour juin 2022 a été supérieure d’environ 0,31 ºC à la moyenne 1991-2020, ce qui en fait le troisième mois de juin le plus chaud jamais enregistré. L’Europe dans son ensemble a connu le deuxième mois de juin le plus chaud jamais enregistré, soit environ 1,6 ºC au-dessus de la moyenne.

Des températures extrêmes ont été enregistrées de l’Espagne à l’Italie en passant par la France ; des températures supérieures à la moyenne ont également été enregistrées en Chine, au Japon et aux États-Unis. Des températures plus froides que la moyenne ont été enregistrées au Groenland et dans la majeure partie de l’Amérique du Sud.

Anomalie de température de l'air en surface pour le mois de juin 2022 par rapport à la moyenne de juin pour la période 1991-2020. Source des données : ERA5.
Anomalie de température de l'air en surface pour le mois de juin 2022 par rapport à la moyenne de juin pour la période 1991-2020. Source des données : ERA5. - Copernicus Climate Change Service/ECMWF.

Dans l’ensemble, le service signale également que l’atmosphère s’est réchauffée à la surface en juin depuis le début des années 1970 à un rythme environ deux fois plus rapide sur les zones terrestres extratropicales de l’hémisphère nord, où ces événements se sont produits, que sur le globe dans son ensemble.

Bien que ces vagues de chaleur dans certaines régions d’Europe et d’Asie soient exceptionnelles, ces événements ne sont pas inattendus. Conformément aux preuves présentées dans le dernier rapport d’évaluation du GIEC, on constate une augmentation de la fréquence et de l’intensité des vagues de chaleur et cette augmentation, selon le GIEC, peut être attribuée au changement climatique d’origine humaine et devrait se poursuivre à l’avenir, le climat continuant à se réchauffer à l’échelle mondiale.

« On s’attend à ce que des vagues de chaleur similaires à celles observées cette année deviennent plus fréquentes et plus sévères dans les années à venir, tant en Europe qu’au-delà », déclare Carlo Buontempo, directeur du Service Copernicus pour le changement climatique.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde