Bruxelles: jusqu’à 12 ans de prison dans un dossier de trafic d’êtres humains

Le palais de justice de Bruxelles.
Le palais de justice de Bruxelles. - Belga

Une filière d’acheminement illégal de migrants depuis l’Irak vers l’Europe avait été démantelée en 2019. Parmi les 18 prévenus, 17 ont été condamnés.

Le tribunal a tenu compte, dans la détermination des sanctions, du « mépris affiché par les prévenus pour les migrants, et plus particulièrement leur propre communauté ». Il a souligné que ceux-ci ont « utilisé leur privilège acquis – des droits et libertés offerts par la société belge ou l’Union européenne – afin d’organiser, pour leurs seuls intérêts financiers, une exploitation commerciale de la misère de leur pays d’origine au détriment de toute solidarité ».

Le principal prévenu, Kasem Z., qui était à la tête de cette filière d’acheminement de migrants irakiens vers l’Europe, a écopé d’une peine de 10 ans de prison et d’une amende pénale de 160.000 euros. Il a été condamné en outre à une peine de deux ans de prison et à une amende de 8.000 euros pour un trafic de voitures. Le tribunal a prononcé une confiscation à son encontre d’un montant d’un peu plus de 600.000 euros.

« Le tribunal est interpellé par l’attitude du prévenu […] qui dénia toute responsabilité, se prévalant encore à l’audience de motivations humanitaires », ont établi les juges. « Le tribunal souligne l’hypocrisie de l’allégation humanitaire au vu des intérêts financiers poursuivis par le prévenu. Ce comportement ne peut qu’inquiéter le tribunal et laisse peu d’espoir d’une responsabilisation […] ».

Outre le fait d’avoir monté une véritable filière lucrative de trafic d’êtres humains, en faisant appel à des faussaires basés en Grèce, à des passeurs et à des intermédiaires en Irak, en Turquie, en Finlande et en Belgique, Kasem Z. a été reconnu coupable d’une prise en otage d’un mineur, en juillet 2018.

Un garçon de 10 ans enlevé

Selon l’enquête, Kasem Z. a fait enlever et séquestrer un garçon de 10 ans qu’il était censé acheminer illégalement de l’Irak vers la Finlande où l’attendait son père. La stratégie était de réclamer une rançon de plus de 15.000 euros au papa et de tenter de s’enrichir un peu plus encore au préjudice de ce migrant irakien. Le jeune garçon a été emmené en Belgique avec de faux papiers d’identité, par le prévenu Thaer A.A., lequel s’est fait passer pour son père. Ce dernier a gardé l’enfant chez lui en Belgique durant neuf jours, du 5 au 13 juillet.

Thaer A.A. a été condamné par le tribunal à une peine de sept ans de prison et à une amende pénale de 40.000 euros. Il se voit également confisquer une somme de 93.000 euros.

Deux autres prévenus ont écopé de 10 ans de prison et un cinquième d’une peine de sept ans de prison. Un prévenu a été condamné à cinq ans de prison avec sursis partiel, un autre à quatre ans de prison, six prévenus ont écopé de trois ans de prison avec sursis total ou partiel, et un autre a été condamné à une peine de 30 mois de prison avec sursis. Enfin, un prévenu a écopé d’un an de prison avec sursis, un autre d’une peine de travail de 70 heures, un autre encore a bénéficié de la suspension du prononcé et le dernier a été acquitté.

Dix-huit personnes étaient prévenues dans ce dossier, pour avoir participé en tant que membre ou en tant que dirigeant à une organisation criminelle active dans le trafic d’êtres humains de l’Irak vers la Belgique, la Finlande, l’Allemagne et le Grand-Duché de Luxembourg, entre 2014 et 2019. Il était question d’au moins 1.200 migrants victimes et d’avantages patrimoniaux tirés des infractions d’un montant de 1.211.000 euros. L’argent sale a en partie été blanchi via des investissements immobiliers.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers