Le chef de corps de Bruxelles-Ouest assure s’attaquer à la flambée de violence

Le chef de corps de Bruxelles-Ouest assure s’attaquer à la flambée de violence

La criminalité sur la zone de police de Bruxelles-Ouest (Molenbeek-Saint-Jean, Berchem-Sainte-Agathe, Ganshoren, Jette et Koekelberg) a baissé de 11% en 2021 par rapport aux données de 2016, et de 13% pour la seule commune de Molenbeek-Saint-Jean, mais «on a une flambée de violence avec les dealers de rue et on travaille activement dessus», a souligné le chef de corps Luc Ysebaert, qui est revenu mercredi après-midi sur les phénomènes des fusillades liées aux trafics de stupéfiants qui traversent le territoire zonal.

Il y a eu 14 fusillades depuis septembre dernier et 6 depuis janvier. Parmi celles de l’année 2022, 4 ont déjà été liées à des faits de trafics de drogues et une doit encore voir ses circonstances éclaircies par l’enquête en cours. Une personne est décédée en avril après s’être fait tirer dessus (Dion), mais le différend en cause s’inscrit ici dans le cadre d’une relation interpersonnelle.

«Globalement, on peut dire qu’il s’agit pour beaucoup de règlements de compte entre groupes qui sont actifs dans la vente de stupéfiants sur la voie publique», observe Luc Ysebaert. «Les fusillades sont fort inquiétantes et insécurisantes et on prend donc cela très au sérieux. Le travail d’enquête avance de manière significative. Pour les faits qui ont eu lieu depuis avril, 4 personnes ont été placées sous mandat d’arrêt par un juge d’instruction sur base de 3 dossiers différents montés par nos services. Nous avons une activité judiciaire assez intense autour de ces événements et on arrive rapidement à identifier des suspects. Sur plusieurs événements, on a pu en interpeller en flagrant délit. La police est donc très active et réactive.»

Reste qu’il estimerait bienvenu un renfort de ses effectifs, actuellement en déficit de 122 agents opérationnels. «On a aussi l’appui de la police fédérale à travers le plan Canal», ajoute le chef de corps. «La promesse de 50 personnes en appui pour la zone de Bruxelles-Ouest a été honorée pendant de nombreuses années, mais depuis 2 ans il y a une érosion de l’effectif et on a seulement une vingtaine de personnes aujourd’hui. »

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers