Décès à Ixelles d’Andrée Geulen, devenue résistante pour sauver des enfants juifs

Lors de sa visite au mémorial Yad Vashem à Jérusalem.
Lors de sa visite au mémorial Yad Vashem à Jérusalem. - EPA

Née le 6 septembre 1921, elle était une jeune institutrice dans l’école bruxelloise Gatti de Gamond pendant la Deuxième Guerre mondiale. Elle a alerté les familles juives de la tenue d’une rafle à l’internat une nuit, durant le congé de Pentecôte 1943. Elle a ensuite rejoint la section « Enfance » du réseau de résistance CDJ (Comité de Défense des Juifs) et a plongé dans la clandestinité aux côtés de 11 autres femmes.

Andrée Geulen-Herscovici a personnellement emmené plus de 300 enfants dans une famille d’accueil, où ils ont pu résider sous de fausses identités. Le réseau a permis de faire disparaître des radars allemands quelque 3.000 enfants juifs.

Après la guerre, Andrée Geulen-Herscovici a repris des études d’assistante sociale et a fait son possible pour ramener un grand nombre d’enfants dans leurs familles.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Ixelles (Bruxelles-Capitale)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES