Le procureur de la CPI appelle la Russie à coopérer sur l’enquête en Ukraine

Karim Khan, procureur de la Cour pénale internationale
Karim Khan, procureur de la Cour pénale internationale - Isopix

«L’invitation est là. Ma porte est ouverte et je continuerai également à frapper à la porte de la Fédération de Russie», a déclaré Karim Khan lors d’un entretien au tribunal à La Haye.

«S’il y a des allégations de la part de la Fédération de Russie, s’il y a des informations dont elle dispose, si elle mène ses propres enquêtes ou poursuites ou si elle a des informations pertinentes, partagez-les avec nous», a-t-il ajouté.

L’avocat britannique a également insisté sur le fait que les coupables de crimes de guerre pourraient être traduits en justice, bien qu’il ait refusé de dire si le président russe Vladimir Poutine lui-même pourrait un jour être un suspect.

Ni la Russie ni l’Ukraine ne sont membres de la CPI, mais Kiev a accepté la compétence de la Cour et travaille avec le bureau du procureur dans son enquête sur d’éventuels crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis sur son territoire.

Le procureur a annoncé quatre jours après l’invasion russe une enquête sur la situation en Ukraine, qui a depuis reçu le feu vert de dizaines d’Etats parties de la CPI.

La Russie affirme cependant que les allégations de crimes de guerre sont fausses et Vladimir Poutine a justifié l’invasion en disant que l’Ukraine supervisait un «génocide» dans l’est du pays.

«Si quelqu’un avance ces allégations, coopérez, partagez les informations», a-t-il martelé.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde