Des chercheurs de la VUB trouvent le moyen de mieux isoler des substances allergènes

Il s’agit d’une étape importante vers une meilleure compréhension des maladies.

Les substances que les chercheurs ont pu isoler sont les immunoglobulines « lgE ». Elles jouent un rôle important dans les maladies allergiques comme l’asthme, le rhume des foins, les allergies alimentaires ou encore l’anaphylaxie. Jusqu’à présent, l’isolation de ces anticorps hors du sang n’était possible qu’au sein de laboratoires hautement spécialisés. Cependant, grâce à cette nouvelle méthode, les immunoglobulines pourront être isolées avec beaucoup moins de moyens.

« Les anticorps lgE provoquent généralement des réactions allergiques dans les poumons, le nez, les intestins et la peau. Ils jouent également un rôle important dans les maladies auto-immunes. Grâce à cette méthode, chaque ’laboratoire des sciences de la vie’ pourra désormais isoler rapidement les molécules lgE pour la recherche et à un coût plus démocratique », explique le professeur de la VUB Jan Guthermuth.

Cette découverte est une avancée significative, car plus de trente pour cent de la population européenne souffrent d’une ou de plusieurs allergies. Grâce à ce nouveau modus operandi, les chercheurs et les médecins seront capables de poser un meilleur diagnostic et de prescrire un traitement préventif plus ciblé.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES