Un train vers Bruxelles s’arrête net: le frein d’urgence a été déclenché

Le train circulait d’Ostende vers Bruxelles.
Le train circulait d’Ostende vers Bruxelles. - Belga

Le frein d’urgence a été tiré à bord du train transportant un millier de passagers qui s’est immobilisé dimanche soir entre Merelbeke et Melle, au sud de Gand, a expliqué lundi la police fédérale. Cette dernière a dressé plusieurs procès-verbaux. Quelques jeunes ont été aperçus en train de sortir du train et de marcher sur les rails.

Le train bondé circulant d’Ostende vers Bruxelles s’est arrêté dimanche après Merelbeke aux alentours de 19h30. Un acte de sabotage avait été évoqué dimanche soir, mais la police fédérale a expliqué lundi que le frein d’urgence avait été tiré. «Dans le train, il y avait une septantaine de jeunes en route vers Bruxelles», détaille un porte-parole. «Le frein d’urgence a été tiré et certains d’entre eux sont sortis du train. Ils ont commencé à marcher sur les rails, ce qui a empêché le train de repartir. Après environ une heure, le calme est revenu et ils sont tous remontés à bord.»

Le train a donc pu repartir et la police a effectué des contrôles à la gare de Bruxelles-Midi. L’identité de plusieurs jeunes a été vérifiée et des procès-verbaux ont été dressés. Le parquet doit encore décider de la suite à donner à cette affaire.

On ne sait pas encore combien de procès-verbaux ont été rédigés et pour quelles infractions. Les voyageurs ont déclaré, entre autres, qu’un groupe important de jeunes traversait les voitures et les avaient harcelés. Les voyageurs disent s’être sentis menacés.

La SNCB regrette l’incident, a déclaré le porte-parole Dimitri Temmerman. «Ce comportement est totalement inacceptable. La police et le parquet mènent l’enquête, avec notre entière coopération. Nous insistons sur le fait qu’il faut que les auteurs soient poursuivis».

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers