Une étudiante devant le tribunal: «Je demande une peine d’un an de prison»

L’une des victimes de l’escroquerie avait acheté un jeu via Facebook le 8 mars 2020.
L’une des victimes de l’escroquerie avait acheté un jeu via Facebook le 8 mars 2020. - Isopix

L’une des victimes de l’escroquerie avait acheté un jeu via Facebook le 8 mars 2020. Elle l’avait payé via un lien et s’était rendu compte, le lendemain, que pas moins de 30 transferts avaient été effectués depuis son compte bancaire. L’un de ces transferts avait été fait en direction du compte bancaire de la prévenue.

Une situation similaire a eu lieu en août 2020. Une autre femme a été victime d’un hameçonnage et a vu 1.300 euros disparaître de son compte. L’argent a de nouveau été transféré sur le compte de l’étudiante.

« Participer une fois, par naïveté, à ce genre de méfaits, je peux le croire », a déclaré le procureur général. « Mais deux fois, ce n’est plus de la naïveté, je demande une peine d’un an de prison. »

La défense a plaidé pour une suspension du prononcé ou des travaux d’intérêt général.

« C’était une étudiante sans revenu qui est entrée en contact avec quelqu’un qui lui a promis qu’elle pourrait gagner de l’argent rapidement », a expliqué la défense. « Elle a alors prêté sa carte bancaire et son code par crédulité mais a vite compris qu’elle avait été trompée. Puis, en août, il y a eu un problème avec sa bourse d’études. L’homme à qui elle avait prêté sa carte lui a alors promis de régler le problème, mais il a de nouveau profité d’elle. Elle est consciente d’avoir commis une erreur et est prête à indemniser les victimes, mais un casier judiciaire vierge est important pour son avenir. »

Jugement le 13 juin.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers