Violences à l’égard des femmes: Ecolo dénonce les propos de Thierry Belin

Thierry Belin (à gauche) et Hicham Talhi (à droite)
Thierry Belin (à gauche) et Hicham Talhi (à droite) - Isopix / E.G.

Ce week-end, Thierry Belin, secrétaire national d’un syndicat de police (SNPS) partageait sur Twitter un entretien avec une journaliste française qui titrait « Aujourd’hui, on va au commissariat dès qu’un homme vous fait un compliment », en commentant « Toute la dérive de notre société résumée en une phrase ». Un tweet jugé inapproprié par Ecolo et le député bruxellois, Hicham Talhi, qui a rappelé et répondu à M. Belin que les violences à l’égard des femmes sont l’affaire de toutes et tous. Et que nos services de police doivent être en première ligne dans la lutte contre ces violences.

« La crise de confiance entre forces de l’ordre et citoyens est grande. J’ai une profonde estime pour le travail effectué chaque jour par nos services de police qui veillent à la sécurité des citoyennes et citoyens. Les propos de M. Belin sont indignes d’un représentant de nos forces de l’ordre. Contre les violences faites aux femmes, nous attendons mieux comme réponse que des propos moqueurs, qui minimisent l’ampleur du problème. Les réformes et les changements de cultures internes doivent se matérialiser par des mesures concrètes », explique Hicham Talhi.

La suite de l’échange donnera un relief supplémentaire à ces mots. Ne se contentant plus de minimiser les violences faites aux femmes, M. Belin adresse directement à Hicham Talhi des propos xénophobes, associant l’élu bruxellois aux pires clichés islamophobes. Réduisant quelques instants plus tôt les violences contre les femmes à un point de détail, M. Belin n’hésite pas à écrire qu’« avec vous et vos amis fréristes, les femmes ne risqueraient plus rien puisqu’elles seraient confinées dans leur cuisine et ne sortiraient qu’accompagnées d’un homme ».

Sexistes, racistes, indignes de la fonction publique, ces propos sont inacceptables. Le groupe Ecolo appelle le SNPS à prendre des mesures en conséquence et étudie les voies légales pour mettre fin à l’impunité.

Violences à l’égard des femmes: Thierry Belin réagit aux accusations d’Ecolo

Thierry Belin (à gauche) et Hicham Talhi (à droite)
Thierry Belin (à gauche) et Hicham Talhi (à droite) - Isopix / E.G.

Ce week-end, Thierry Belin, secrétaire national d’un syndicat de police (SNPS) partageait sur Twitter un entretien avec une journaliste française qui titrait « Aujourd’hui, on va au commissariat dès qu’un homme vous fait un compliment », en commentant « Toute la dérive de notre société résumée en une phrase ». Un tweet jugé inapproprié par Ecolo et le député bruxellois, Hicham Talhi qui ont dénoncé ces propos ainsi que l’échange qui a suivi entre Thierry Belin et Hicham Talhi sur le réseau social Twitter.

Aujourd’hui, Thierry Belin souhaite réagir aux accusations d’Ecolo. « Le tweet est émis de mon compte Twitter personnel et non de celui de la SNPS. Le tweet reproduit un excellent article de Catherine Nay, qui ne nie en rien le droit des femmes à être défendues contre toute forme de violence à leur égard, au contraire. La phrase stigmatise simplement les dérives de certains et certaines dans leur prétendu combat féministe, ce en quoi j’abonde en cette phrase « Toute la dérive de notre société résumée en une phrase. » J’ai le plus grand respect pour les femmes et l’ai prouvé dans les nombreux dossiers d’enquête que j’ai mené dans ma carrière d’enquêteur. Des actes donc, pas des discours creux », souligne Thierry Belin.

« L’échange qui suit ce tweet se résume très aisément. Je dénonce la dérive communautariste du parti Ecolo et de ses mandataires, principalement bruxellois, comme le fait dans un article Josy Dubié, ancien Sénateur et membre du bureau politique Ecolo. Hicham Talhi n’a eu, dans ses écrits, aucune volonté de protéger quelque cause féminine que ce soit mais a uniquement vu une opportunité de me nuire gratuitement en déformant volontairement mes propos et en me prêtant une dénégation du droit des femmes qui m’est totalement étrangère. Il associe ensuite la police à ses propos calomnieux, de nouveau dans le but de faire intervenir la hiérarchie à mon encontre, comme d’autres mandataires Ecolo ont d’ailleurs déjà tenté de la faire », poursuit-il. Thierry Belin avait notamment répondu sur Twitter les propos suivants : « avec vous et vos amis fréristes, les femmes ne risqueraient plus rien puisqu’elles seraient confinées dans leur cuisine et ne sortiraient qu’accompagnées d’un homme. »

« Je n’ai aucune leçon de morale à recevoir de la part de ce monsieur ni de ses colistiers d’ailleurs. Lorsque l’on se permet de travestir un Secrétaire d’Etat en officier nazi, lorsque l’on se permet de créer un jeu pour enfants dans lequel le but est de frapper des policiers pour progresser, on ne s’autorise certainement pas à vouloir donner des leçons à qui que ce soit », précise notre interlocuteur.

« Je ne tolérerai jamais de qui que ce soit que l’on me calomnie de la sorte. C’est la xième tentative de me nuire que je dois déplorer de la part de mandataires Ecolo ou membre de la constellation dont bon nombre de comptes anonymes sur les réseaux sociaux. Je répondrai dorénavant à ces despotes en devenir par une action en justice », conclut Thierry Belin.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES