«Ce n’est pas tolérable»: Bruxelles, les images du chaos

«Ce n’est pas tolérable»: Bruxelles, les images du chaos

La police a procédé à 228 arrestations administratives et 11 arrestations judiciaires. Leur profil va de l’extrême-gauche à l’extrême-droite et certains venaient de l’étranger. L’analyse des images des caméras de surveillance se poursuit afin d’identifier d’autres individus, a précisé la ministre.

« Ce n’est pas tolérable. C’est notre capitale et nous ne pouvons pas tolérer que de telles dégradations soient commises contre des infrastructures publiques et privées. La Justice entamera des poursuites », a poursuivi Annelies Verlinden.

Cette dernière a enfin assuré soutenir l’indignation des syndicats de police qui se sont dits profondément choqués par ces violences.

La manifestation a rassemblé quelque 50.000 personnes, selon la police. Les organisateurs évoquent 500.000 participants. Plusieurs groupes d’extrême-droite ont été repérés parmi les manifestants et des émeutes ont éclaté en fin de cortège.

La « Manifestation européenne pour la démocratie » entendait susciter un débat de société sur les mesures sanitaires visant à contrer la pandémie de coronavirus. Elle était à l’initiative de mouvements comme World Wide Demonstration for Freedom et Europeans United for Freedom mais également de plus de 600 associations locales européennes.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Faits divers