Les certificats de guérison pèsent sur la campagne booster, selon Alain Maron

Les certificats de guérison pèsent sur la campagne booster, selon Alain Maron
Belga

En plus de ces facteurs, il faut aussi prendre en compte ceux déjà observés lors de la première phase de vaccination, selon Alain Maron. Lors d’un mini-débat en commission de la Santé du Parlement bruxellois, le ministre Ecolo a souligné qu’il n’y avait pas de temps d’arrêt pour autant dans la campagne.

Selon lui, on observe à Bruxelles une même tendance que lors de la phase de vaccination de base: la population bruxelloise se fait moins vacciner que dans les autres Régions. Cela s’explique par les mêmes facteurs: une grande diversité culturelle, une pyramide des âges inversée (plus jeune), une fracture digitale plus importante et un accès plus limité aux soins de santé (40% de la population n’a pas de médecin traitant).

A cela s’ajoute le fait que beaucoup de personnes qui ont contracté les variants delta ou omicron ne veulent pas se faire immédiatement vacciner.

D’après Alain Maron, cent mille personnes ont obtenu un certificat de rétablissement à Bruxelles depuis le premier décembre. Parmi celles-ci, on compte «des dizaines de milliers de personnes vaccinées deux fois qui ne vont pas chercher leur booster et sont potentiellement moins motivées à le faire, car le message qui leur est envoyé via le certificat de rétablissement, c’est qu’elles ne peuvent plus être infectées durant un certain temps», a ajouté le ministre.

À ce propos, celui-ci a proposé que la Conférence Interministérielle de la Santé examine l’opportunité de diminuer, sur une base scientifiquement établie, la durée de validité du certificat de rétablissement, qui pour le moment est plus longue que celle de la vaccination.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES