Coronavirus: la pilule anti-Covid de Merck jugée efficace aux États-Unis

Coronavirus: la pilule anti-Covid de Merck jugée efficace aux États-Unis
Isopix

Le comprimé anti-Covid développé par Merck est efficace dans le traitement du virus, a estimé l’Agence américaine du médicament (FDA) dans un rapport préliminaire publié vendredi. Elle recommande toutefois d’en exclure l’usage chez les femmes enceintes.

La publication intervient en amont d’une réunion d’un comité d’experts de la FDA prévue le 30 novembre, où les recommandations en vue d’une autorisation d’urgence du médicament, nommé molnupiravir, seront évaluées.

S’il était approuvé, ce médicament représenterait une avancée majeure dans la lutte contre la pandémie en permettant de diminuer assez facilement les formes graves de la maladie.

Dans son rapport, la FDA juge le molnupiravir efficace chez les patients atteints du Covid-19 et à risque d’être hospitalisés.

Proposition de ne pas la recommander chez les femmes enceintes

Elle propose cependant au comité de ne pas recommander l’autorisation du molnupiravir chez les femmes enceintes, estimant qu’« il n’existe aucun scénario clinique où les bénéfices l’emportent sur les risques » au sein de cette population.

Si aucune femme enceinte n’était incluse dans l’essai clinique de Merck, la FDA base sa recommandation sur les résultats de l’étude sur des rats et lapins en gestation, dont certaines portées ont connu plus de cas de malformation qu’au sein des groupes de contrôle.

Des résultats suffisamment convaincants

Pour sa demande d’autorisation, Merck s’est basé sur cet essai clinique qu’elle a mené avec son partenaire Ridgeback Biotherapeutics auprès de personnes avec des cas légers à modérés de Covid-19 et au moins un facteur de risque aggravant. Elles ont reçu le traitement dans les cinq jours après les premiers symptômes.

Le taux d’hospitalisation ou de décès chez les patients ayant reçu le médicament a été de 7,3 %, contre 14,1 % chez ceux ayant eu un placebo.

Aucun décès n’a été constaté chez les personnes traitées avec le molnupiravir, contre 8 dans le deuxième groupe.

Les résultats étaient suffisamment convaincants pour qu’un comité indépendant de surveillance des données, en consultation avec la FDA, décide d’arrêter l’essai prématurément.

Les antiviraux comme le molnupiravir agissent en diminuant la capacité d’un virus à se répliquer, freinant ainsi la maladie.

Leur application peut être double : à la fois permettre aux personnes déjà atteintes de ne pas souffrir de symptômes graves, mais aussi à celles ayant été en contact rapproché de ne pas développer la maladie.

Notre sélection vidéo
Aussi en Monde