Plaisirs d’Hiver: «Priorité aux habitants pour le stationnement», réagit Emir Kir

Emir Kir.
Emir Kir. - Elio Germani

La position exprimée par l’échevin du Stationnement incitant les visiteurs des Plaisirs d’Hiver à venir se garer à Saint-Josse en raison d’un coût moindre ne reflète pas la position de la commune et de son collège.

Plaisirs d’Hiver: Saint-Josse propose de se garer chez elle pour… 2€/heure!

Philippe Boïketé invite les automobilistes à se garer à Saint-Josse pour les Plaisirs d’Hiver.
Philippe Boïketé invite les automobilistes à se garer à Saint-Josse pour les Plaisirs d’Hiver. - D.R. / Belga

Le parking à 10 euros l’heure pour ceux qui veulent venir en voiture aux Plaisirs d’Hiver a fait couler beaucoup d’encre. Cela fait vite cher la soirée au centre-ville. Philippe Boïketé (PS), échevin de la Mobilité à Saint-Josse, propose aux visiteurs de stationner du côté de Rogier.

« Pour ceux qui veulent se rendre aux Plaisirs d’hiver mais qui n’ont pas envie de payer 20 euros de parking pour 2h, vous pouvez toujours venir vous stationner sur Saint-Josse du côté de la place Rogier. 4€ pour 2h du lundi au samedi, de 9 à 21h. Et vous pouvez relancer à distance si vous avez une des deux applications actives sur Saint-Josse (4411 ou Yellowbrick) », écrit-il sur la page Facebook « L’automobiliste en a marre ».

La publication n’a pas manqué de faire réagir les internautes et n’a pas échappé au groupe Ecolo. « Saint-Josse n’est pas un parking de délestage pour les communes voisines ! L’appel d’air lancé par l’échevin est irresponsable, risque de faire arriver de nombreuses voitures ventouses qui empêcheront les habitants du quartier de se garer. Elle augmentera le nombre de voitures de transit, avec les conséquences environnementales et de sécurité routière qu’on imagine », tempête Ahmed Mouhssin, le co-président de la locale Ecolo de Saint-Josse.

Peu d’offres en soirée

L’échevin assure qu’il soutient la logique de la Ville de Bruxelles de vouloir limiter les embouteillages et préserver les places de stationnements pour les riverains. Mais il rappelle que le public des Plaisirs d’Hiver est aussi composé de personnes qui viennent de Wallonie et de Flandre. « C’est un événement qui rayonne au-delà de Bruxelles. Certaines personnes n’ont parfois pas d’autre moyen que de venir en voiture et payer 20 euros pour deux heures, c’est énorme ! », explique-t-il.

Il pointe aussi les horaires des trains peu adaptés pour passer une soirée au centre-ville. «   Il n’y a pas assez d’offres de transports nocturnes pour permettre aux visiteurs de profiter de leur soirée.   »

« La Ville de Bruxelles a pris une décision, qu’elle l’assume. Ce n’est pas à Saint-Josse de résoudre la situation, on a d’autres priorités », déclare Ahmed Mouhssin. « Dire qu’on a de la place en suffisance n’est pas vrai. Tous les soirs, il manque 500 places et les riverains tournent en rond ! »

Avec cette annonce publiée sur un groupe Facebook pro voiture, «   beaucoup seront informés qu’on peut venir à Saint-Josse à un prix plus que raisonnable   », s’inquiète-t-il.

L’endroit proposé par l’échevin n’est pas résidentiel et est composé principalement de bureaux. « Ceux qui habitent le centre de la commune ne se garent pas là, même les habitants du quartier Nord n’y vont pas. Augmenter la demande de stationnement dans cette zone rendra aussi ce quartier plus hospitalier en soirée », assure Philippe Boïketé.

Du côté de la Ville, on ne semble pas dérangé par la proposition tennoodoise. Elle rappelle que les Park & Ride Ceria et Kraainem sont à 3 euros et gratuits le week-end lors des Plaisirs d’Hiver. « Notre ligne est de privilégier la mobilité douce et de dissuader toute personne de venir aux Plaisirs d’Hiver en voiture et de se garer en voirie », commente le cabinet de l’échevine des Grands événements Delphine Houba (PS).

« Il s’agit d’un avis personnel qui n’engage pas la commune de Saint-Josse. Les citoyens doivent être prioritaires et encore plus lorsque l’on connaît les difficultés à se garer », affirme le bourgmestre Emir Kir.

Saint-Josse dispose de 14 places de parking pour 100 habitants contre une moyenne de 20 dans les autres communes.

« Nous n’avons pas vocation à être un parking de délestage et encore moins au détriment des habitants. La politique Communale adoptée par le Collège en matière de stationnement n’a jamais été dans ce sens et a vocation à permettre le stationnement prioritaire des riverains », déclare le bourgmestre Emir Kir.

Le mayeur insiste, « cette vision au rabais de Saint-Josse et de la qualité de vie des habitants n’est pas le reflet de la position officielle de la commune ».

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Saint-Josse-ten-Noode (Bruxelles-Capitale)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES