Sami Akhbriche est condamné à 20 ans de prison pour le meurtre d’Oussam Ben Alla

Oussama Ben Alla, la victime.
Oussama Ben Alla, la victime. - Polfed

Son corps a été retrouvé une dizaine de jours plus tard, dans le canal de Bruxelles à Leeuw-Saint-Pierre (Brabant flamand).

Les jurés et les magistrats de la cour ont tenu compte, dans la détermination de la peine, du jeune âge de l’auteur, du fait qu’il avait travaillé durant une courte période après avoir arrêté l’école, et encore du fait qu’il ne s’était pas fait connaître des services de police et de justice pendant quelques mois après une condamnation pour trafic de stupéfiants.

Les juges et jurés ont pris en considération la gravité des faits, attentatoires à la tranquillité publique, et du fait que le coupable n’a pas hésité à tuer de sang-froid un jeune homme de son âge, avant de masquer son crime en tentant de faire disparaître le cadavre.

Mercredi soir, Sami Akhbriche a été reconnu coupable, par le jury d’assises de Bruxelles, d’avoir tué Oussama Ben Alla d’une balle dans la tête, le 27 mai 2015, dans la cave de la maison de ses parents, rue de la Tulipe à Ixelles. Il s’était ensuite débarrassé du corps en le jetant dans le canal.

Le 4e juré évincé

Un délibéré qui n’a pas été de tout repos. En effet, quatre heures après l’entrée du jury à huis clos, il est apparu à la cour que le 4e juré était une connaissance de la famille de l’accusé. Ce dernier a notamment travaillé avec le père de Sami Akbriche dans un hôpital bruxellois. De plus, le 4e juré aurait également eu un conflit avec une enquêtrice entendue au cours de cette session de cour d’assises. Ce dernier a été remplacé en cours de délibération par un juré suppléant ce mercredi.

Un événement qui a créé des tensions supplémentaires au cours de cette session déjà fort agitée entre les amis de la victime et les proches de l’accusé. Une quinzaine d’entre eux a été enjointe à quitter le palais de Justice mercredi après-midi par crainte de débordements suite à la récusation du 4e juré. Une récusation qui pose par ailleurs de nombreuses questions juridiques quant à la légitimité de la décision rendue par le jury populaire.

Sami Akhbriche était en conflit avec la victime, au sujet d’un trafic de stupéfiants dans le quartier où ils résidaient tous les deux. Le soir du 27 mai 2015, Oussama Ben Alla était venu réclamer à Sami Akhbriche le paiement d’une dette d’argent.

L’enquête a suivi plusieurs pistes avant de recevoir un témoignage clé, en mars 2020, d’un proche des Akhbriche. Celui-ci, ex-compagnon d’une des sœurs de Sami Akhbriche, a déclaré aux enquêteurs que Sami avait tué Oussama d’une balle dans la tête, au domicile familial, rue de la Tulipe à Ixelles, le soir du 27 mai 2015. La mère, les deux sœurs et le frère de Sami étaient présents, selon le témoin. La mère a ensuite aidé son fils à transporter le corps dans la voiture du père, qui était au travail à ce moment-là, et à aller le jeter dans le canal, a-t-il dit aux policiers.

Quelques jours plus tard, Sami Akhbriche a avoué le crime. Mais il s’est rétracté ensuite. Les membres de sa famille ont fait de même avant de se rétracter à leur tour.

Sami Akhbriche a été inculpé de meurtre. Quant à ses proches, ils n’ont pas été poursuivis. En vertu du principe de droit appelé cause d’excuse absolutoire, certaines infractions, comme le recel de cadavre, ne peuvent être imputées à des membres de la famille de l’auteur présumé du crime.

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers