Trafic de drogue à Bruxelles: plusieurs prévenus nient les faits

Le Palais de justice.
Le Palais de justice. - E.G.

Aucun des prévenus détenus n’a été acheminé à l’audience, en raison d’un arrêt de travail des policiers du palais de justice de Bruxelles.

Les avocats ont accepté de représenter leurs clients absents.

La présidente a interrogé plusieurs prévenus qui comparaissent libres. Ceux-ci ont contesté avoir fait partie d’une organisation criminelle. L’interrogatoire se poursuivra jeudi et le réquisitoire du parquet fédéral se tiendra vendredi.

Une dizaine de personnes sont soupçonnées, dans cette affaire, d’avoir fait partie d’une organisation criminelle active dans le transport international de stupéfiants du Maroc vers l’Europe, essentiellement l’Espagne et la Belgique. Une quantité de neuf tonnes de drogue a été saisie durant l’enquête.

La plupart des prévenus sont originaires d’Anderlecht, d’autres sont de nationalité française, comme Hamza Akarkach, âgé de 30 ans, et Aziz Mozoune, âgé de 35 ans. Ces deux prévenus font défaut, mais sont activement recherchés par la police. Ils sont suspectés, outre d’avoir vendu des stupéfiants, d’avoir enlevé un homme de nationalité belge en Espagne, de l’avoir séquestré puis torturé durant plusieurs jours, et de lui avoir fait subir de très graves sévices corporels. La victime est également prévenue dans le dossier, pour des préventions liées au trafic de stupéfiants.

Hamza Akarkach et Aziz Mozoune sont réputés armés, violents et dangereux. La police fédérale a diffusé un avis de recherche les concernant en avril 2019.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Anderlecht (Bruxelles-Capitale)Bruxelles (Bruxelles-Capitale)
Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers