Des amis de la victime ixelloise ont intimidé le présumé meurtrier, Sami Akbriche

Oussama Ben Alla, la victime.
Oussama Ben Alla, la victime. - Police fédérale

« On lui a posé des questions à propos de la disparition d’Oussama, on l’a intimidé un peu mais pas plus », a-t-il déclaré. Sami Akhbriche, un jeune homme âgé de 26 ans, est accusé du meurtre d’Oussama Ben Alla, commis le 27 mai 2015 à Ixelles. Le procès se tient sous une certaine tension, de nombreux proches de la victime invectivant régulièrement l’accusé et ses défenseurs. Les effectifs policiers qui encadrent les audiences sont renforcés.

« On a demandé que Sami vienne avec nous, on l’a pris dans la voiture. On lui a posé des questions à propos de la disparition d’Oussama, on l’a intimidé un peu mais pas plus. Tout le quartier mettait Sami sous pression, c’est pas seulement nous », a raconté le témoin. « On l’a ensuite emmené au café du frère d’Oussama, où il lui a aussi posé des questions. À la fin, on a pensé que c’était pas lui. Il n’y avait en effet aucune preuve, on savait juste que c’était la dernière personne qui avait vu Oussama », a poursuivi le jeune homme. « On le sentait un peu stressé, oui, mais il nous a dit et répété qu’il n’avait rien à voir ».

Le témoin a encore confirmé à la cour avoir déclaré à la police que Sami était un « petit vendeur de cannabis ». Quant au fait qu’il avait déclaré que Sami devait 5.000 euros à Oussama, il a répondu qu’il ne se souvenait plus avoir dit cela.

L’enquête dans ce dossier remonte au 29 mai 2015, lorsque la famille d’Oussama Ben Alla signale la disparition de celui-ci à la police. Il n’avait plus donné signe de vie depuis qu’il avait dit qu’il se rendait chez Sami Akhbriche, le 27 mai en soirée. Le corps du disparu avait été retrouvé une dizaine de jours plus tard, le 12 juin, par un éclusier, dans le canal de Bruxelles à Leeuw-Saint-Pierre.

L’enquête a suivi plusieurs pistes avant de privilégier celle d’un règlement de comptes dans le milieu du trafic de stupéfiants à Ixelles. La police a pu apprendre qu’Oussama Ben Alla et Sami Akhbriche étaient en conflit au sujet d’un trafic de cannabis.

Des années plus tard, en mars 2020, les enquêteurs ont reçu un témoignage-clé d’un proche des Akhbriche, affirmant que Sami avait tué Oussama d’une balle dans la tête, au domicile familial, rue de la Longue Vie à Ixelles, le soir du 27 mai 2015.

Après avoir avoué le crime en avril 2020, l’accusé s’est rétracté. Sa mère, ses deux sœurs et son frère, qui étaient présents dans la maison le soir du 27 mai 2015, ont également nié qu’un tel acte avait ét commis par Sami, juste après avoir témoigné du contraire.

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers