Un rapport accuse la députée flamande Sihame El Kaouakibi d’«abus systématique»

Un rapport accuse la députée flamande Sihame El Kaouakibi d’«abus systématique»
Belga

Le contenu de ce rapport a été publié par le journal ’Het Laatste Nieuws’ et le ministre des Finances, Matthias Diependaele (N-VA,) a confirmé les montants cités à l’agence Belga.

Depuis 2012, Sihame El Kaouakibi a perçu exactement 1.363.622 euros de subventions flamandes. Le rapport évoque un « abus systématique et symptomatique des flux de subventions flamands ».

Il indique que la députée n’a pas été la seule à s’enrichir. Dans plusieurs cas, des indemnités ont également été accordées aux membres de sa famille sous forme d’indemnités kilométriques et d’indemnités de volontariat.

« Parfois, les dépenses ont été soumises de manière très maladroite », a expliqué M. Diependaele.

« Par exemple, un parent de Mme El Kaouakibi a tenu la comptabilité de Let’s Go Urban (une asbl anversoise de danse urbaine entre-temps déclarée en faillite, ndlr). Il a envoyé une facture de chèques-repas, mais imprimée sur papier à en-tête de l’entreprise où ce membre de la famille travaillait réellement et avec laquelle l’asbl n’avait rien à voir », a expliqué le ministre.

Les notes de téléphone de la députée étaient également adressées à l’asbl. Il s’agit toujours de petits montants de quelques dizaines ou centaines d’euros, mais ils apparaissent systématiquement dans de nombreux dossiers.

« On peut vraiment parler ici d’abus systématique et symptomatique des flux de subventions », a souligné M. Diependaele. « Les mêmes montants étaient toujours versés aux membres de la famille sans aucune note ni explication. Mais ces personnes n’avaient rien à voir avec l’association à but non lucratif », a-t-il ajouté.

Le rapport est également critique envers les autorités flamandes. Les subventions étaient souvent versées trop facilement et les décisions étaient « rédigées de manière trop vague et sans engagement », pointe-t-il.

La députée d’origine marocaine Sihame El Kaouakibi, qui siège désormais comme indépendante après avoir quitté l’Open Vld à la suite d’accusations à propos de la gestion financière de ses associations, est absente du parlement flamand depuis la mi-octobre 2020, sous certificat médical.

À la suite de cette affaire, le parlement flamand a adopté de nouvelles dispositions, qui limitent d’une certaine manière les revenus des élus en absence maladie de longue durée.

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique