«Witches»: les sorcières s’exposent à Bruxelles-Ville

L’exposition retrace l’histoire des sorcières.
L’exposition retrace l’histoire des sorcières. - D.R.

Conçue par ULB Culture avec un comité scientifique multidisciplinaire, en co-production avec la Ville de Bruxelles, l’exposition rassemble plus de 400 œuvres et objets ethnographiques issus des collections d’une cinquantaine de musées et galeries. Des procès en sorcellerie à la littérature merveilleuse, de la figure démoniaque à la gentille sorcière de la pop culture… « Witches » croise les histoires réelles des sorcières et leurs représentations à travers les âges et les arts. L’exposition est enrichie d’un parcours dédié aux familles et aux enfants.

Persécutées dès la fin du Moyen Âge, les sorcières font leur retour comme symbole d’affirmation féministe et figure de transgression. Objets de crainte ou de fascination, les sorcières traversent les imaginaires et les époques, de la construction du stéréotype de la sorcière démoniaque jusqu’au groupe W.I.T.C.H à Wall Street en 1968 et sa réhabilitation contemporaine, notamment par les mouvements queer et féministes.

D.R.

« L’invisibilisation et la stigmatisation des femmes dans l’Histoire constituent le fil rouge de cette exposition, fruit du travail scientifique rigoureux de l’ULB et scénographiée avec soin par les étudiants de l’ENSAV – La Cambre. La figure de sorcière nous questionne sur le sort réservé aux femmes qui dérangent l’ordre établi, qui vivent en dehors des prescrits sociaux… qui sont libres, tout simplement. Elle nous interpelle de manière frontale sur la place des femmes dans notre société patriarcale. Il n’est jamais trop tôt pour prendre conscience du chemin qui reste à parcourir pour parvenir à l’égalité femmes-hommes et à une justice de genre. Une véritable société démocratique, en somme. Longue vie aux sorcières ! », déclare Delphine Houba (PS), échevine de la Culture et féministe assumée.

Savante, historique et tournée vers la création contemporaine, l’exposition « Witches » s’adresse à un large public : observateur du passé et du présent, féministe en lutte ou féru de contre-culture. L’exposition propose un parcours et un programme d’activités spécialement conçus pour les familles et le jeune public : jeu de piste, bibliothèque thématique, dessin…

Les musées de la Ville de Bruxelles, KBR, le Musée de la vie wallonne, le musée du carnaval et du masque, le Point Culture, le Centre de Littérature de jeunesse de Bruxelles et les bibliothèques de la Ville de Bruxelles ont notamment été mobilisés par ULB Culture.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)
Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES