Un appel anonyme avait mis la police sur la piste de l’accusé Bouajaja

Leïla a été poignardée.
Leïla a été poignardée. - D.R.

La victime avait été découverte sans vie, couverte de sang, dans le bac de douche de sa salle de bain.

« La victime serait prénommée Leïla, selon le témoin anonyme ce jour-là. Le père dont il parle s’est confié à son fils et ce dernier en a ensuite parlé à l’un de ses amis, en lui demandant de ne le dire à personne, d’après ce témoignage », ont expliqué les enquêteurs. « Cet ami en a à son tour parlé à ses parents. Il s’est avéré que l’auteur de l’appel à la police n’était autre que le papa de cet ami du fils de l’accusé. C’est de cette manière que nous sommes parvenus à identifier le fils d’Abdelkader Bouajaja et donc ce dernier », ont-ils dit.

« Nous avons contacté le fils par téléphone et lui avons demandé de se rendre au commissariat pour être auditionné. Il a été entendu le 4 septembre 2019 à 15h42. Il a expliqué que son père entretenait une relation amoureuse avec une dénommée Leïla Zahiri depuis deux mois. Il a décrit celle-ci comme alcoolique et violente. Elle aurait agressé son père plusieurs fois et aurait profité de lui. Il a ensuite confirmé que son père était rentré, la veille, vers 23h00, et qu’il lui avait dit avoir fait quelque-chose d’irréparable concernant Leïla », ont exposé les policiers.

Le 4 septembre 2019 vers 10h00, le corps sans vie de Leïla Zahiri, une mère de trois enfants âgée de 51 ans, avait été découvert dans son appartement situé rue du Korenbeek à Molenbeek-Saint-Jean. Le propriétaire du logement avait trouvé la victime poignardée dans sa salle de bains. Il était venu la voir après que des voisins lui avaient signalé une fuite d’eau provenant de l’appartement de la victime.

Celle-ci avait été retrouvée sans vie dans sa douche, le corps trempé de l’eau qui coulait. Elle présentait des traces de strangulation par lien autour du cou. Elle avait également reçu une trentaine de coups de couteau dans le thorax, et un important hématome était visible au niveau de sa mâchoire.

L’enquête s’était très rapidement dirigée vers l’accusé, Abdelkader Bouajaja, un commis de cuisine âgé de 49 ans, qui entretenait une relation amoureuse avec la victime. Il a déclaré qu’il était arrivé chez Leïla Zahiri le 3 septembre 2019 vers 17h00 et qu’une dispute avait très vite éclaté entre eux. Il a affirmé que la victime avait tenté de le frapper avec une clé, puis avec un couteau, mais qu’il avait réussi à la désarmer puis qu’il lui avait asséné deux coups de couteau. Il a précisé qu’il ne se rappelait pas exactement du déroulé des faits, car il était sous l’influence de cocaïne et d’alcool.

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers