Zuhal Demir refuse le permis pour la construction d’une centrale électrique à gaz

Zuhal Demir refuse le permis pour la construction d’une centrale électrique à gaz
Belga Image

Début octobre, la commission régionale de permis environnementaux avait pourtant émis un avis favorable, assorti de conditions, à l’érection d’une telle centrale, de 900 mégawatts, à Tessenderlo. Le site semblait donc bien parti pour accueillir la première nouvelle centrale au gaz de Flandre.

Cependant, la ministre flamande en a décidé autrement et base son refus sur trois arguments. Premièrement, cette nouvelle centrale serait construite à côté d’une centrale déjà existante d’une puissance de 400 mégawatts. Or, les effets cumulatifs des deux centrales n’ont pas été examinés dans le rapport d’impact environnemental du projet de la nouvelle centrale.

Ensuite, selon une analyse, l’usine rejetterait ses eaux usées dans le canal Albert, ce qui a poussé la société de distribution d’eau potable Water-link à émettre un avis défavorable. Celle-ci puise en effet son eau dans le canal Albert.

Enfin, la ministre estime que l’évaluation des émissions d’azote n’a pas été faite correctement. Pour toutes ces raisons, un refus est «la seule option», juge-t-elle.

La décision prise pour Tessenderlo n’augure en rien celles relatives aux demandes de construction de centrales au gaz de Wondelgem et Vilvorde, conclut Mme Demir.

L’entreprise chimique Tessenderlo, qui devait construire la centrale, a brièvement réagi vendredi soir, indiquant que «Tessenderlo Group a pris acte» de la décision de la ministre. «Tessenderlo Group va d’abord étudier en profondeur cette décision avant d’envisager toute autre démarche.»

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique