Le bourgmestre d’Ixelles pense à fermer le Waff et El Café

La mobilisation a été un succès.
La mobilisation a été un succès. - F.D.

De nombreuses personnes se sont mobilisées jeudi soir dans les rues d’Ixelles, pour soutenir les victimes de violences sexuelles, alors que des dizaines de témoignages affluent depuis dimanche concernant des viols et agressions sexuelles qui visent un employé des bars Waff et El Café.

« (…) Des dizaines de dénonciations ont émergé depuis dimanche ; mais la question des violences verbales et physiques à l’encontre des femmes et de l’insécurité grandissante dans le quartier du cimetière d’Ixelles va bien au-delà des deux bars et devient de plus en plus préoccupante et évidente ; plus ou moins 1500 personnes ont donc défilé dans la soirée tiède de Bruxelles. J’y ai participé avec mes collègues conseillers Ecolo, Abdeslam Tay et Bertrand Wert. Ensuite, Christos Doulkeridis – bourgmestre d’Ixelles, accompagné par Bea Diallo, son premier adjoint, et moi-même comme présidente du conseil communal, a reçu une importante délégation des organisatrices. Une experte qui suit les victimes de violence dans la police (mais qui n’est pas une policière) était également présente. Le bourgmestre a très bien expliqué ce qu’il fait et entend faire, au-delà de la décision de fermeture immédiate des deux bars (pour laquelle il veut monter un dossier qui pourra éventuellement résister aux recours) et du renforcement de la présence policière demandé par les filles et dans les limites imposées par les procédures judiciaires en place. L’échange a duré une heure et demie et a été intense et intéressant », a posté sur sa page Facebook Monica Frassoni, présodent du conseil communal d’Ixelles.

Cela ne signifie pas que les bars sont déjà fermés, mais le bourgmestre y songe donc sérieusement comme il nous l’a prudemment confirmé. « On regarde pour constituer un dossier solide juridiquement en vue d’une éventuelle fermeture mais rien n’est décidé pour l’instant. On attend les informations nécessaires mais étant donné qu’une instruction est en cours ce n’est pas si évident. En tout cas, c’est en réflexion », précise Christos Doulkeridis.

Monica Frassoni a ajouté qu’un nouveau rendez-vous était prévu dans un mois.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)Ixelles (Bruxelles-Capitale)
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES