Remco Evenepoel «pas déçu» après sa 19e place au Tour de Lombardie

Vidéos
Remco Evenepoel «pas déçu» après sa 19e place au Tour de Lombardie
Belga

Il était un des favoris au départ. Remco Evenepoel a franchi la ligne d’arrivée en 19e position du Tour de Lombardie samedi, la course dans laquelle il avait fait une trèsmauvaise chute l’année dernière. Après la course, le brabançon flamand de 21 ans de Deceuninck-Quick Step a parlé de « cinq minutes de mauvaises jambes » et d’un « sentiment étrange de courir à nouveau en Lombardie ».

Près de quarante kilomètres avant l’arrivée à Bergame, en Italie, Evenepoel a dû laisser filer les meilleurs dans la montée décisive du Passo di Ganda. « Je pense que j’ai eu de mauvaises jambes pendant cinq minutes. Entre les kilomètres trois et quatre de la montée », a-t-il déclaré après coup. « Ensuite, j’ai décidé de suivre mon propre rythme, parce que ça allait un peu trop vite pour moi. A la fin de la montée, je suis revenu un peu, et dans la dernière montée à Bergame, je me suis senti de nouveau très bien. Peut-être que mes jambes ont eu froid dans la longue descente, et c’est pourquoi elles étaient un peu bloquées. »

Pour Evenepoel, la course en Lombardie était une étape mentale importante après sa chute le 15 août de l’année dernière et de son indisponibilité de neuf mois qui a résulté. « Au début, c’était un sentiment assez étrange de courir à nouveau ici. Routes nerveuses, je pense encore à ce qui s’est passé l’année dernière… Ce matin, je tremblais tout le temps, peut-être à cause de l’année dernière. Mais ça allait de mieux en mieux pendant la course. Dans les premières descentes, je ne me sentais pas vraiment à l’aise, mais à la fin, j’ai fait de bonnes descentes. Je n’ai jamais eu de problèmes dans la descente, sauf la chute de Cosnefroy devant moi, qui m’a fait rouler dans un trou. »

« Je suis heureux de terminer dans le top 20 aujourd’hui, et nous sommes deuxièmes avec l’équipe. Un très beau résultat, même si nous sommes venus pour gagner. Non, bien sûr, je ne suis pas trop déçu. Dans ce genre de course, tout se joue dans les jambes, il faut être à cent pour cent. Si vous n’avez pas les bonnes jambes au bon moment, c’est la vie, et vous devez l’accepter. Ce n’est pas la pire chose au monde, de devoir l’admettre. »

Aussi en Cyclisme