Wout van Aert avant Paris-Roubaix: «Pas de sentiment de revanche du Mondial»

Wout van Aert avant Paris-Roubaix: «Pas de sentiment de revanche du Mondial»
Photo News

Wout van Aert a effectué une reconnaissance d’une partie des secteurs pavés de Paris-Roubaix. La classique française sera disputée dimanche après avoir été annulée en 2020 dans le cadre de la crise sanitaire. Historiquement programmée à la mi-avril, la course a été postposée en octobre également en raison de la pandémie. « La reconnaissance s’est très bien passée », a expliqué Wout van Aert. « Il est très important de faire une reconnaissance des pavés, notamment pour tester le matériel en fonction de dimanche. Le matériel que nous utilisons est au point et le pavé est parfait. Cette reco est essentielle, certes, mais c’est toujours un des entraînements les plus amusants de la saison. Mon sentiment du moment est de dire que nous allons enfin pouvoir disputer cette course, après ces reports. Paris-Roubaix est une des plus belles classiques et je suis très motivé pour dimanche. Nous nous présenterons avec une équipe forte et déterminée. Je suis là sans sentiment de revanche du Mondial où j’étais en condition, mais juste trop court dans la finale. À Roubaix, je veux simplement livrer une bonne prestation. J’ai été un peu juste dans le finale du Mondial, dimanche dernier. Je veux voir ce qu’il me restera dans le réservoir à Roubaix, j’espère avoir retrouvé de bonnes jambes. »

La météo des derniers jours a rendu certains secteurs boueux et glissant et la pluie annoncée pour dimanche risque de rendre le parcours encore plus difficile à négocier. « On parle de pluie, en effet, il y aura donc des chutes, certes. Pas forcément en ce qui me concerne, compte tenu de mon expérience en cyclo-cross. Mais n’oublions pas que la plupart des secteurs pavés sont des chemins vers les champs. Il y a eu du trafic agricole et la boue est bien présente. »

Wout van Aert a réagi aux critiques de Remco Evenepoel qui a remis en question, mercredi dans l’émission Extra Time Koers de la VRT, les choix stratégiques de l’équipe belge aux championnats du monde, soulignant que lui aussi pouvait s’imposer à Louvain. « Cela m’a touché », a expliqué van Aert. « Je m’attendais à entendre des critiques, parce que nous n’avons pas gagné. Mais que cela vienne de quelqu’un de l’équipe n’est pas intelligent et ne sert qu’à verser de l’huile sur le feu. C’est dommage. Je le déplore. Remco a émis plus de critique à la télé que dans la réunion de l’équipe. Je n’ai pas compris pourquoi Remco a attaqué à 180 kilomètres du but alors qu’il devait être à mes côtés avec Jasper Stuyven dans la finale. Nous devions, en fait, rouler défensivement à ce moment. Mais la course s’est déroulée sans oreillette et la communication entre nous n’était pas facile, à cause, notamment, du bruit ambiant des fans. Nous avions une équipe forte au Mondial. Nous avons livré un bon boulot, respecté la tactique. Tout le monde dans la sélection, et donc Remco, était d’accord avec la tactique, c’est bizarre de faire volte-face comme ça. Contrairement à ce qu’il dit, je pense que la tactique était très claire », a expliqué Wout van Aert, soulignant son souhait de discussion pour le futur de l’équipe nationale.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Louvain (Brabant flamand)
Aussi en Cyclisme