«Guerilla urbaine»: Beci n’aime pas les nouvelles pistes cyclables rue de la Loi

Sur la rue de la Loi.
Sur la rue de la Loi. - GDS

Dans un communiqué de presse, Olivier Willocx, CEO de Beci fustige la manière dont les aménagements cyclables ont été réalisé sur le tronçon de la rue de la Loi qui passe devant la Chambre des Représentants. Le représentant de la Chambre de Commerce et de l’Union des Entreprises de Bruxelles estime que la façont dont la Ville a procédé donne l’illusion que les cyclistes « sont rois » sur le tronçon.

Samedi, la Ville a débuté une intervention rapide sur le tronçon bordé par la rue Royale et la petite ceinture. Les pistes cyclables existantes ont été élargies. « Rien à redire », juge le CEO de Beci, « car la vision de la mobilité des décideurs politiques visant à donner plus de place aux cyclistes dans la ville est le bon choix et peut de plus en plus compter sur un large soutien de la population et des visiteurs de Bruxelles ». Il rappelle néanmoins qu’un certain nombre de règles « élémentaires » de bonne gouvernance s’appliquent.

« Bien sûr, nous savons que les partis Verts et Ecolo poursuivent une vision où les voitures sont bannies des rues autant que possible afin que tout le monde finisse par opter pour des modes de mobilité douce, mais ce dernier exploit est un exemple extrême de l’urbanisme tactique ou « urbanisme de guérilla » que le mouvement écologiste aime tant utiliser pour accélérer les mesures radicales et les travaux d’infrastructure », écrit Olivier Willocx. « Beci aimerait que l’échevin de Bruxelles lui dise si toutes les exigences légales ont été scrupuleusement respectées. Qu’en est-il de l’étude de faisabilité, de l’analyse d’impact, du cycle de consultation et du respect des procédures d’autorisation applicables ? »

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES