D’Ieteren veut fermer deux sites à Ixelles et à Drogenbos: 103 emplois menacés

D’Ieteren veut fermer deux sites à Ixelles et à Drogenbos: 103 emplois menacés
Belga Image

Les travailleurs du garage de D’Ieteren dans la rue du Mail à Ixelles ont arrêté le travail lundi à la suite de l’annonce par la direction de la fermeture du site de la carrosserie de Drogenbos, a annoncé le syndicaliste Jean-Paul Sellekaerts (ABVV-MWB). La décision de la direction pourrait entraîner la perte de 103 emplois sur les 386 que comptent les D’Ieteren Centers qui importent les marques du groupe Volkswagen en Belgique.

Les syndicats rencontreront la direction mardi matin.

La grogne sociale touche les garages D’Ieteren depuis le début du mois de septembre. Les travailleurs en grève avaient repris le travail le 22 septembre dernier après avoir rejeté à une forte majorité (73%) les propositions de la direction concernant la réduction des salaires et les conditions de travail.

Ce refus a conduit la direction à décider de fermer les deux sites «structurellement déficitaires».

M. Sellekaerts indique qu’il ne faut pas attribuer la fermeture de l’atelier de carrosserie de Drogenbos au rejet du plan de la direction par les salariés. «Il ne faut pas mettre cela sur le dos des travailleurs. Le site de Drogenbos existe depuis 2,5 ans et est structurellement déficitaire», dit-il.

«Les travailleurs de chez D’Ieteren sont en colère. Il ne faut pas leur faire porter le chapeau pour une décision qui avait déjà été prise par la direction», a réagi Corine Martin, secrétaire permanente CNE, à la suite de l’annonce par la direction de la fermeture des sites de D’Ieteren Center Mail à Ixelles et de la carrosserie Wondercar située à Drogenbos. Cette décision pourrait impacter 103 emplois.

«Le site de Drogenbos n’a jamais été rentable et le D’ieteren Center Mail coûtait très cher. C’est inacceptable de reporter ces échecs sur les travailleurs. Lors de la création de la société D’Ieteren Centers en janvier dernier, on avait assuré que les avantages des travailleurs ne seraient pas touchés», ajoute-t-elle. Les syndicats rencontreront mardi la direction lors d’une première réunion prévue dans le cadre de la Loi Renault.

La secrétaire permanente CNE précise qu’il s’agit d’une deuxième restructuration en peu de temps.

La grogne sociale touche les garages D’Ieteren depuis le début du mois de septembre. Les travailleurs en grève avaient repris le travail le 22 septembre dernier après avoir rejeté à une forte majorité (73%) les propositions de la direction concernant la réduction des salaires et les conditions de travail.

Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES