Les syndicats veulent la prolongation des aides contre la pauvreté

Les syndicats veulent la prolongation des aides contre la pauvreté
Belga

Le réseau BMIN (Belgian Minimum Income Network), qui réunit réseaux de lutte contre la pauvreté, organisations syndicales, mutualités, associations et experts académiques, appelle le fédéral à prolonger « durablement » les aides corona au-delà du 30 septembre. « Il ne serait pas concevable que dès le mois d’octobre, les revenus des plus précaires soient soudainement amputés de 50 euros par mois », fait-il valoir dans une carte blanche.

Aucun accord pour le moment

La coalition Vivaldi se penche en ce moment sur la prolongation éventuelle des mesures de soutien, mais aucun accord global n’a encore pu se dégager.

Les mesures visées sont le droit passerelle corona, le chômage temporaire corona, le gel de la dégressivité des allocations de chômage et la prime de 50 euros pour certains allocataires sociaux. Elles concernent plusieurs ministres : Indépendants (Clarinval -MR), Emploi (Dermagne -PS), Intégration sociale (Lalieux -PS).

En commission de la Chambre, David Clarinval a dit mercredi espérer un accord rapidement. Si celui-ci est conclu, un conseil des ministres électronique pourrait être convoqué, alors que le Premier ministre Alexander De Croo se rend à New York pour l’assemblée générale des Nations unies.

Une situation inquiétante

Cette situation inquiète le réseau BNIM : « si en octobre leurs revenus, déjà bien trop insuffisants pour survivre dignement, sont amputés de 50 euros par mois, cela signifierait un drame social majeur et des conséquences en cascade pour les familles concernées », préviennent les associations.

« Plus encore après la crise covid qu’avant, les personnes au CPAS concernées par cette prime sont très souvent des jeunes, des femmes, des petits indépendants qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts ou des travailleurs de contrats atypiques n’ouvrant que peu l’accès à la protection sociale, dans des secteurs en crise », déclarent les associations.

Le réseau demande dès lors au gouvernement De Croo « de prolonger durablement les mesures sociales actuelles ». « Particulièrement, nous appelons à ne pas mettre fin à la mesure revalorisant les revenus du RIS, de la GRAPA et des allocations pour personnes handicapées de 50 euros par mois, et à l’étendre aux minima sociaux de la sécurité sociale (allocations de chômage, petites pensions, assurance maladie invalidité) ».

Aussi en Belgique