Le CD&V veut élargir l’interdiction de fumer à l’extérieur

Le CD&V veut élargir l’interdiction de fumer à l’extérieur
Isopix

Le CD&V a soumis une nouvelle proposition visant une interdiction de fumer dans les lieux publics extérieurs accueillant des enfants. Il s’agit notamment des environnements scolaires, des arrêts de transports publics et des terrains de jeux. « Voir fumer vous fait fumer. Nous voulons faire en sorte qu’il y ait vraiment une génération sans tabac », expliquent les députées Maaike De Rudder et Katrien Schryvers (CD&V) à l’origine de la proposition.

Il est déjà interdit de fumer dans les lieux publics intérieurs tels que les bâtiments publics, les écoles et les transports publics. De Rudder et Schryvers demandent maintenant aussi une interdiction de fumer dans les espaces publics extérieurs, du moins dans les lieux fréquentés par les enfants et les jeunes. « De cette façon, nous pouvons être sûrs que ces environnements sont sans fumée dans l’ensemble de la Flandre, et pas seulement dans certaines municipalités. »

Plusieurs autorités locales ont déjà pris des mesures pour que les environnements fréquentés par les enfants restent non-fumeurs. « Mais il s’agit d’initiatives non contraignantes et les règles concernant les endroits où l’on peut et ne peut pas fumer varient considérablement d’un territoire à l’autre », indiquent De Rudder et Schryvers. « Cela entraîne beaucoup d’ambiguïté et des politiques ad hoc. Avec notre proposition, nous voulons imposer une règle claire pour les espaces publics dans toute la Flandre. » Ils veulent que la Flandre détermine dans quels environnements exactement une interdiction absolue de fumer s’applique.

De Rudder et Schryvers considèrent leur proposition comme un premier pas. « À long terme, il serait préférable que les espaces publics extérieurs soient totalement non-fumeurs. En agissant ainsi dès à présent pour les zones fréquentées par de nombreux enfants et jeunes, nous évitons non seulement le tabagisme passif dans ces lieux dans toute la Flandre, mais nous les empêchons également de franchir eux-mêmes le pas en observant le comportement des fumeurs. »

L’enquête de santé la plus récente de Sciensano, qui date de 2018, montre que plus d’un Flamand sur six fume encore. En Belgique, le tabagisme est à l’origine de 14 000 décès prématurés par an.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Région flamande
Notre sélection vidéo
Aussi en Politique