Un jeune écope de 15 mois de prison pour avoir craché et menacé des policiers à Aubel

La zone de police s’est portée partie civile.
La zone de police s’est portée partie civile. - Illu PhotoNews

15 mois d’emprisonnement avec un sursis probatoire de 5 ans. C’est la peine infligée par le tribunal correctionnel de Verviers à un jeune Aubelois de 25 ans le 22 juin dernier.

En avril 2020, les policiers de la zone de police du Pays de Herve ont été appelés à intervenir à Aubel pour une personne violente qui troublait l’ordre public. Il faisait du grabuge, renversait des poubelles et hurlait, écrivait-on à l’époque. Les policiers n’ont pas tardé à identifier le jeune homme, âgé de 24 ans à l’époque, bien connu des services. « L’individu s’est montré immédiatement agressif et menaçant à l’arrivée des policiers. Il a commencé à cracher en leur direction, à les insulter et à les menacer… », rapporte Déborah Otte de la cellule communication et stratégie de la zone de police.

D’après la police, une fois ramené au poste, le jeune ne se calme pas du tout. « Il ne s’arrête plus de menacer, de vociférer et de cracher. » Il finit même par arracher une caméra de surveillance de la cellule dans laquelle il a été placé au commissariat de Herve.

Jugé au tribunal pour les faits d’outrage et de menaces envers les policiers ainsi que pour la destruction du matériel appartenant à la zone de police, il a été condamné à une peine de 15 mois d’emprisonnement avec sursis probatoire de 5 ans au pénal ainsi qu’à payer à la zone de police du Pays de Herve la somme de 2.206 € à majorer des intérêts compensatoires et moratoires au civil.

« Qu’on se le dise, la zone de police du Pays de Herve réclame systématiquement toutes les indemnisations dues et introduit si nécessaire une action en justice dans les cas des rébellions envers ses policiers… qu’il s’agisse de violences physiques ou même de destruction du matériel. En particulier lorsqu’il s’agit de blessures corporelles, il n’est pas rare que de telles indemnisations atteignent plusieurs milliers d’euros » indique la zone de police.

« En se constituant partie civile la zone de police souhaite épargner à la société de devoir payer pour les écarts de conduite de certains individus fort peu scrupuleux et irrespectueux de l’autorité de la police et des règles de vie en société. »

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Aubel (prov. de Liège)Herve (prov. de Liège)
Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers