Quartier Nord: alcool interdit de 20h à 8h

L’alcool sera interdit.
L’alcool sera interdit. - D.LL.

« Avec la crise Covid, on a pu assister à une multiplication des occupations de l’espace public, positives et génératrices de liens sociaux : déjeuners sur l’herbe, rencontres entre voisins, apéros en forêt ou sur une place publique… Il fallait maintenir les contacts avec les proches, les amis tout en respectant les distanciations sociales en extérieur », explique Cécile Jodogne (DéFI), bourgmestre f.f. de Schaerbeek. « La consommation d’alcool souvent associée à ces moments peut participer aux ambiances festives ou conviviales. Mais elle peut aussi, ponctuellement et surtout lorsque cette consommation est excessive, être à l’origine de nombreuses nuisances qui rendent la vie des riverains parfois absolument insupportable… ! C’est le cas dans certains quartiers. »

De nombreuses plaintes sont arrivées dans les deux communes décrivant des situations inacceptables : malpropreté, canettes jetées en nombre sur la voie publique, mais aussi et surtout des comportements agressifs, insultants ou harcelants à l’égard des usagers de la place de la Reine, de la place Liedts ou des alentours de la rue d’Aerschot et Brabant. La police a relevé un grand nombre de faits délictueux ou de bagarres parfois très violentes dont les auteurs étaient manifestement sous l’effet de l’alcool. On se rappellera des derniers incidents rue de Barbant.

Ces constats policiers mais aussi citoyens ont conduit Cécile Jodogne et Emir Kir, bourgmestre de Saint-Josse, à présenter au conseil communal de ce 15 septembre pour Saint-Josse et de ce 29 septembre pour Schaerbeek, un règlement de police interdisant la consommation d’alcool sur un territoire précis de rues et de places dans le quartier Nord. Cette consommation est interdite de 20h00 à 08h00 et permet d’infliger des amendes administratives jusqu’à 350€.

« Cela fait partie d’un arsenal de mesures pouvant être prises par les bourgmestres sur leur territoire, il faut évidemment que des constats policiers appuient et valident la prise de telles mesures qui restreignent nos libertés », conclut Cécile Jodogne « C’est pour cela qu’il n’était pas question d’interdire de manière large et sur l’ensemble de la commune une activité qui, lorsqu’elle est pratiquée avec modération, participe à la convivialité si chère à notre commune ! »

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES