La grève de la faim des sans-papiers à Bruxelles suspendue

L’information a été confirmée par un porte-parole des grévistes de la faim auprès de VTM Nieuws.

Depuis le 23 mai, plus de 400 sans-papiers de l’église du Béguinage, de la VUB et de l’ULB sont en grève de la faim, pour une régularisation collective. Vendredi, certains d’entre eux avaient également entamé une grève de la soif. Depuis le début de l’action, les grévistes de la faim sont régulièrement transférés à l’hôpital pour y être soignés.

À partir de demain, tout le monde irait en zone neutre. « Une solution est en préparation », a déclaré le porte-parole Mohamed Ahmed. « Il s’agit d’une suspension, en attendant le concret. Si nous n’obtenons pas ce que l’on veut, elle reprendra », avertit-il.

« Hier et aujourd’hui, il y a eu des réunions avec le gouvernement et avec des soutiens. On est arrivé à mettre en place des accords, qui ne sont pas encore validés. Nous espérons (qu’ils le seront). Pour qu’il n’y ait plus de stress et d’angoisse à l’intérieur de l’église, on a pris la décision d’arrêter la grève de la soif et de suspendre, pour le moment, la grève de la faim », ont annoncé les représentants.

Après les discussions, la majorité des occupants de l’église du Béguinage était d’accord pour suspendre la grève de la faim. « Une équipe chargée du suivi médicale va être mise en place. Certains sont dans un état critique et doivent se rendre à l’hôpital. Les autres occupants sont soignés sur place », précise Mohamed Ahmed.

Sur Twitter, le secrétaire d’État à l’Asile et la Migration Sammy Mahdi s’est dit « soulagé ». « Pour moi, ce n’était pas un combat contre des gens, mais pour une politique correcte. Espérons que personne ne restera avec des séquelles permanentes. »

Grève de la faim également suspendue à l’ULB et à la VUB

La suspension de la grève de la faim de sans-papiers concerne tant ceux qui sont installés à l’église du Béguinage à Bruxelles que ceux présents à l’ULB et à la VUB, confirme mercredi Union des Sans-Papiers pour la Régularisation (USPR).

«Après de très nombreux mois d’occupations, de manifestations, de mobilisations, de grèves de la faim et de la soif, l’USPR est parvenu à initier une certain nombre de négociations au plus haut niveau», indique-t-elle dans un communiqué. «Des négociations auxquelles ont pris part des avocats proches du mouvement, la société civile et le père Daniel en l’absence des porte-parole.»

«Aujourd’hui, 21 juillet, jour de fête nationale, des propositions du cabinet Mahdi ont été annoncées aux grévistes», ajoute l’USPR. «En substance, il s’agit de donner la possibilité aux occupants de faire valoir des éléments d’ancrage, de vulnérabilité, de séjour, etc. permettant l’octroi d’un permis A, via la procédure 9bis. Pour les dossiers les plus fragiles, la possibilité d’une protection humanitaire sur la base d’un 9ter est également sur la table.»

«L’USPR acte la main tendue du Secrétaire d’État», ajoute l’association. «Sur cette base, une suspension provisoire des grèves de la faim et de la soif est en cours de discussion, à l’église du Béguinage et dans les autres occupations.»

«Toutefois ce pas en avant n’est pas suffisant pour garantir l’accès au travail légal», préviennent les soutiens aux sans-papiers. «La suspension de la grève n’acte pas la fin du mouvement. L’USPR continuera la lutte autour du permis unique tant au niveau régional que fédéral, afin d’obtenir des garanties supplémentaires et sortir les travailleurs.euses sans-papiers de la clandestinité. Il aura fallu de trop nombreux sacrifices pour faire bouger le Secrétaire d’État sous la menace d’une crise gouvernementale.»

L’USPR et ses soutiens annoncent à présent «mettre toute leur énergie au renforcement des dossiers en amorçant une prise de contact avec les dispositifs mis en place dans la zone neutre.»

Les occupations de l’église du Béguinage, de l’ULB et de la VUB sont maintenues.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bruxelles (Bruxelles-Capitale)
Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers