Le cdH luxembourgeois se mobilise autour de l’éolien: «non à l’anarchie des projets!»

René Collin et le cdH luxembourgeois plaident pour un éolien maîtrisé et planifié.
René Collin et le cdH luxembourgeois plaident pour un éolien maîtrisé et planifié. - Belga

« Depuis plusieurs mois, la préoccupation des mandataires cdH de la Province du Luxembourg autour des enjeux du développement éolien va croissante et les amène à y réserver une réflexion commune », explique le parti dans un communiqué.

Les projets se multiplient

Particularité du territoire rural et venteux de la Province du Luxembourg : celui-ci est spécialement prisé par les promoteurs privés du développement éolien, qui multiplient leurs projets dans les communes luxembourgeoises. « Quelques chiffres parlants pour illustrer cette tendance confirmée : à ce stade, 11 mâts à Saint-Ode, 13 à Bastogne, 5 à Gouvy, 6 à Messancy, 3 à Arlon, et pour demain, 24 éoliennes sont en en cours d’instruction en première instance à Vaux-sur-Sûre, Paliseul, Libin, Arlon, Neufchâteau, Houffalize et à nouveau Sainte-Ode, 2 éoliennes en cours d’instruction en recours (Aubange et Messancy), 22 éoliennes dont les dossiers sont pendants devant le conseil d’Etat et enfin 3 dossiers pour un total de 11 éoliennes sont en cours d’instruction. À cette liste, il faut ajouter les dossiers pour lesquels une étude d’incidence a été lancée », énumère le cdH luxembourgeois.

« Aujourd’hui, les nombreuses questions sans réponses que pose ce développement de plus en plus anarchique réclament l’attention soutenue des mandataires locaux car elles inquiètent tant les riverains des projets que l’ensemble des citoyens : protection de la biodiversité, pollution lumineuse, pollution sonore, pollution visuelle, la création des chemins d’accès, incidences sur les couloirs de migration, étanchéification des sols, recyclage de l’éolienne et du béton, effets sur la nature, la santé et le bien-être ou perte de valeur pour le bâti ».

Encourager la supracommunalité

Le cdH luxembourgeois estime donc qu’une réflexion territoriale globale des autorités wallonnes est urgente et indispensable. Pour éviter des dérives incontrôlées, il propose un ensemble de balises, comme l’établissement d’une planification territoriale du développement éolien en Wallonie et en province de Luxembourg, encourager et favoriser la supracommunalité dans la mise en œuvre des projets d’installations de production des énergies renouvelables ; mettre en place un dialogue construit et permanent entre mandataires locaux et Gouvernement wallon ou encore réviser la Pax Eolienica qui fixe les 15 mesures phares pour soutenir et encadrer le développement éolien.

« La mise en place d’une réflexion territoriale portant sur tous les enjeux et le respect des balises sont un préalable indispensable à la poursuite du développement éolien en Province du Luxembourg », estime le cdH luxembourgeois, qui dit poursuivre sa réflexion sur une vision globale de développement des énergies renouvelables en province de Luxembourg, qui va bien au-delà de l’éolien.

Le parc éolien de Fauvillers inauguré

Ce lundi, en présence du Ministre wallon du Climat, de l’Énergie et des Infrastructures, Philippe Henry, la Direction d’Eneco a inauguré son parc éolien implanté dans la commune de Fauvillers. Le parc compte 5 éoliennes, dont une éolienne citoyenne, cédée au prix coûtant à la coopérative locale Lucéole. Celle-ci gère entièrement l’éolienne à l’exception des opérations de maintenance réalisées par le constructeur.

L’équivalent de 7.500 ménages

Sa capacité de production d’énergie durable est équivalente à l’alimentation de 7 500 ménages. L’électricité produite contribuera à l’atteinte de l’objectif du plan ‘One Planet’ lancé par Eneco en juin dernier et qui vise à rendre le groupe neutre en CO2 dès 2035. « L’inauguration du parc de Fauvillers est le fruit d’un long travail que nous avons mené avec détermination et conviction », précise Miguel de Schaetzen, CEO Eneco Wind Belgium. « L’énergie éolienne n’est pas nouvelle sur le marché mais elle a énormément évolué ces dernières années. C’est aujourd’hui une technologie qui a fait ses preuves et qui octroie un rendement énergétique optimal. Elle est de moins en moins coûteuse et les dernières évolutions technologiques permettent d’améliorer fortement l’intégration des éoliennes dans leur environnement. Je pense, par exemple, à la possibilité d’éteindre le balisage nocturne lorsqu’il n’y a pas de survol du parc ou encore au suivi dynamique de la présence de chauve-souris. 10 ans de procédure ont été nécessaires pour aboutir dans ce dossier, nous le regrettons, mais nous sommes heureux d’aboutir et de pouvoir ajouter cette nouvelle capacité de production d’énergie renouvelable aux objectifs belges. »

Les premières habitations se trouvent à 650 mètres. L’impact sur l’avifaune est très faible, le parc se trouve en dehors des zones Natagora. Par ailleurs, 15 hectares de forêt vont être classés en réserve naturelle pour préserver la biodiversité. En effet, 2 espèces d’oiseaux rares ont été identifiées dans la région, la Cigogne noire et le Milan Royal. Pour la Cigogne noire, les fonds de vallée sont déboisés et de petits cours d’eau sont créés pour qu’elle puisse y chasser. Les résineux sont enlevés et des prairies maigres de fauche sont aménagées. Ces prairies sont nécessaires pour le Milan Royal qui chasse les rongeurs tels que le mulot.

Un bridage des éoliennes est également prévu, pour les chauves-souris, au moment où elles sortent la nuit.

Notre sélection vidéo
Aussi en PROVINCE DE LUXEMBOURG