Cinq projets supracommunaux namurois ont été retenus par le gouvernement wallon

Le ministre Christophe Collignon.
Le ministre Christophe Collignon. - Belga

Le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Christophe Collignon (PS), a dévoilé ce vendredi les projets supracommunaux retenus à la suite de l’appel lancé par la Wallonie en décembre 2020.

Une enveloppe initiale d’1,5 million avait été dégagée. C’est finalement près de 2,3 millions d’euros qui seront libérés en deux ans.

Cinq projets supracommunaux concernant des entités namuroises ont été retenus. On retrouve la Communauté urbaine de Namur-Capitale, qui recevra 90.000 euros par an, et les Territoires dinantais Meuse-Condroz (60.000 euros/an).

L’ASBL Pays de Famenne (60.000 euros par an), aussi retenue, est constituée de deux communes namuroises, Somme-Leuze et Rochefort, outre les Luxembourgeoises que sont Marche, Hotton, Durbuy et Nassogne.

Parmi les sélectionnés, notons encore que Sambreville a rejoint la Conférence des bourgmestres de Charleroi Métropole (120.000 euros par an), ce que veut faire Viroinval, laquelle fait en tout cas partie d’Essaimage (60.000 euros par an), qui regroupe des communes du sud de l’Entre-Sambre et Meuse.

Les candidats devaient avoir une couverture territoriale de plus de 50.000 habitants, tout en incluant au moins cinq communes.

« Je suis très fier de pouvoir présenter cette carte qui redessine les collaborations entre les communes », s’est réjoui Christophe Collignon. « Nous sommes à l’aube d’une réflexion qui s’annonce aussi riche qu’importante. En effet, les structures supracommunales participent, en Wallonie, à des initiatives de développement portées par des acteurs de terrain et visant une économie circulaire par des logiques de mutualisation, de dynamique territorialisée dans le cadre d’un développement durable et harmonieux. Si la notion de supracommunalité n’est pas nouvelle, sa définition reste encore à préciser. Pour ce faire, nous devons nous atteler à mieux définir ce concept. Et cela passera par une phase test. »

Le cabinet du ministre va également prendre contact avec les communes qui ne font pas encore partie d’un ensemble supralocal à l’heure actuelle. Le but est de les inciter à rejoindre une structure reconnue par l’appel à projets ou à formuler une proposition de nouveau regroupement. « Ceci pour, à terme, faire en sorte qu’il y ait une dynamique supralocale couvrant toute la Wallonie », a conclu Christophe Collignon.

Notre sélection vidéo
Aussi en PROVINCE DE NAMUR