Coronavirus: six chefs d’entreprise belges sur dix s’inquiètent de leur trésorerie

Coronavirus: six chefs d’entreprise belges sur dix s’inquiètent de leur trésorerie
Isopix

L’étude «European Payment Report 202», menée auprès de 11.187 entreprises, dont 503 en Belgique entre janvier et avril 2021, révèle que les secteurs les plus durement touchés dans le Plat pays sont ceux des banques et des assurances, de la vente au détail, de l’horeca, de l’industrie manufacturière et de la chimie.

La moitié des entreprises belges (49%) pensent que l’impact de la crise du coronavirus se fera sentir pendant au moins une année supplémentaire. Une entreprise belge sur huit (13%) craint même une période de récupération de deux ans ou plus. Mais d’autre part, près d’une entreprise belge sur deux (46%) est plus enthousiaste à l’heure actuelle quant à sa croissance et à son avenir qu’elle ne l’a été depuis de nombreuses années, relève le rapport.

«La pandémie a incité les entreprises à se livrer à une autoréflexion et à essayer de nouvelles méthodes de travail», note Christophe De Boeck, porte-parole d’Intrum. «Il peut aussi bien s’agir de la mise en place du télétravail, de la transformation numérique ou d’une plus grande attention portée à la protection de la trésorerie.»

En effet, les PME ont, au cours de l’année écoulée, principalement accéléré la numérisation de leur entreprise (38%), demandé des reports de paiement sur les crédits aux entreprises (29%) et demandé des délais de paiement plus longs aux fournisseurs (28%). Du côté des grandes entreprises, on s’est montré plus enclin à annuler des investissements stratégiques (25%), à licencier du personnel (18%) de façon nettement plus fréquente et à vendre des actifs pour libérer des liquidités (11%), deux fois plus que les PME.

Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique