Bruxelles: saisie inédite de bonbonnes de gaz hilarant de 2m de haut

Bruxelles: saisie inédite de bonbonnes de gaz hilarant de 2m de haut

45 bonbonnes, taille bouteille de plongée ont également été découvertes. Selon les premiers éléments de l’enquête, les bonbonnes étaient acheminées depuis la Hollande, en vue d’être conditionnées en Belgique avant d’être expédiées vers l’Espagne pour y être revendues. Des devoirs d’enquête sont encore en cours.

Danger

L’usage du gaz hilarant, à des fins récréatives, seul ou en groupe, souvent par des jeunes, est un fléau national et même international. Inodore et incolore, il procure un effet euphorisant et des fous-rires, de très courte durée.

Dans son usage légal (dans l’industrie alimentaire ou dans le monde médical pour son effet anesthésiant qui annihile la douleur), il n’est pas nocif pour la santé. Par contre, détourné de son usage légal, inspiré et expiré lentement dans un ballon, il représente un danger pour la santé publique et environnementale ainsi que pour la sécurité publique. Par ailleurs, il n’est pas sans conséquence sur la santé des utilisateurs à court et long terme et même de manière définitive (vertige, maux de tête, nausées, confusion, perte de connaissance, infertilité, troubles neurologiques…). Bien qu’il ne soit pas considéré comme une drogue, il est addictif et crée une dépendance psychique.

Différents formats

Le protoxyde d’azote, vendu sous différents formats, fait l’objet d’un véritable trafic organisé :

Le plus petit : capsule métallique grise, appelée « bonbons ». Il peut également se vendre dans un simple ballon.

La taille moyenne : format bonbonne de « crème fraîche » contient 78 cartouches grises.

– La taille « bouteille de plongée », appelé « Tank » : contient de 240 doses à 1900 doses !

– La taille maximale de près de 2 m : contient 50 litres soit près de 6000 doses individuelles.

Des infractions multiples

L’article 43 du règlement général de police, commun aux 19 communes bruxelloises, sanctionne d’une peine administrative de 350 euros les détenteurs ou les utilisateurs de ce gaz hilarant à des fins récréatives. Son usage détourné et son transport sont également une infraction à la législation ADR, sur le transport des produits dangereux (1350 euros d’amende). Enfin, un procès-verbal peut être dressé pour infractions fiscales, soit la mise en vente d’un produit à une fin qui ne lui est pas destinée.

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers