Le dossier pour violences policières sur Mounaïme classé sans suite par le parquet

Le jeune Mounaïme.
Le jeune Mounaïme. - D.R.

.

« Le dossier a été classé sans suite récemment parce que, malgré les nombreuses auditions réalisées durant l’enquête, il n’a pas été possible d’identifier formellement le ou les auteurs des faits », a expliqué la porte-parole du parquet.

« On n’a pas la même lecture du dossier», défend Guillaume Lys. « Au début, le parquet avait déclaré vouloir balayer devant sa porte, faire en sorte que les responsables soient trouvés, que le parquet soit exemplaire et dire que la police se doit de l’être aussi... Un an plus tard, on essaie plutôt d’éteindre cette affaire qui a généré beaucoup d’émoi dans la population. C’est un jeune qui a été frappé de manière totalement inexplicable et inexpliquée dans un fourgon par 5 policiers ».

Mounaïme, 19 ans au moment des faits, avait témoigné en vidéo, au soir du 7 juin 2020, avec le visage fortement tuméfié. Il avait déclaré qu’il était allé manger avec un ami à la rôtisserie Hector Chicken de la porte de Namur à Ixelles et qu’il n’avait pas pris part à la manifestation. Son avocat avance que sa déclaration contenait des premiers éléments de travail pour l’identification des policiers en cause.

« A mon sens, les personnes responsables sont identifiées », continue l’avocat. « Maintenant, il y a une différence entre l’identification et la confrontation aux éléments du dossier, qui doit encore arriver. Des avancées ont été faites et la possibilité de les traduire en justice est réelle. C’est maintenant une question de volonté de la part du parquet, non plus d’enquête supplémentaire. Quand on a ces éléments, il faut aller plus loin. »

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers