De nouveaux points cyclo-piétons au-dessus du canal pour relier les Bruxellois

La pose a eu lieu ce samedi matin, en face du Mima.
La pose a eu lieu ce samedi matin, en face du Mima. - Beliris

« C’est un symbole fort pour la Région bruxelloise  : ce nouveau pont est un véritable lien entre les habitants », s’enthousiasme la ministre Karine Lalieux. Doudoune rose fuchsia et casque de chantier, la ministre en charge de Beliris a assisté ce samedi matin à l’installation d’une première passerelle cyclo-piétonne à hauteur du Mima et du parc de la porte de Ninove. Selon elle, le canal représente « une séparation infranchissable entre le centre-ville de Bruxelles et Molenbeek ». En reliant les deux rives du quai du Hainaut, cette barrière n’existera plus. Selon Marianne Hiernaux, porte-parole Beliris, « il s’agit d’un projet cohérent avec la rénovation du parc de la porte de Ninove et des boulevards. »

Redynamiser la vie économique et sociale

3,5 millions d’euros ont été investi par le maître d’ouvrage Beliris et la région bruxelloise pour l’aménagement des deux passerelles. Depuis plusieurs années, Beliris, la Région bruxelloise et l’Europe, à travers les fonds structurels du FEDER, se sont lancées un vaste programme visant à redonner vie à la zone du canal qui a particulièrement souffert du déclin de l’industrie qu’il desservait. Un des points d’attention des autorités publiques qui cherchent à y redynamiser la vie économique et sociale consiste à augmenter, dans la partie centrale, le nombre de points de passages au-dessus du canal, pour créer du lien entre les quartiers des deux rives.

Ils ont voulu également mettre l’accent sur la mobilité douce. Pour Bruno, venu assister à la pose du pont avec son fils, cette passerelle représente « une amélioration pour les vélos ». Habitant de Molenbeek depuis six ans et cycliste au quotidien, il est difficile pour lui d’emprunter les ponts déjà existants en vélo, au milieu des voitures. « Cela va diminuer les différences entre le centre de Bruxelles et Molenbeek. » Patrick habite également quai du Hainaut. Il voit un réel intérêt à la deuxième passerelle qui sera posé dimanche. « Ce pont, on l’attend depuis 15 ans  ! Il va pouvoir relier le métro Comte de Flandre, ce qui est vraiment utile pour les habitants. »

Un pont qui fait sortir la culture

Ce pont-passerelle de 38 m de long sur 7 m de large, pesant quelque 160 tonnes, a donc été posé délicatement, avec succès, à l’aide de grues placées sur la berge et sur la voie d’eau. Il ouvrira au public en septembre, après quelques travaux et des tests techniques, et surtout après avoir été stylisé par les artistes liégeois Mon Colonel & Spit. Composé d’Éric et Thomas, ce duo a été sélectionné par le Mima afin de « faire sortir la culture des murs du musée », précise Karine Lalieux.

Les flancs-rambardes du pont seront alors ornés d’une anguille, poisson migrateur, assortie de messages autour du thème « Il n’y a pas que les anguilles qui retournent à la mer », sensibilisant à la protection de l’eau, des poissons et de l’environnement. « Ce pont va devenir un repère dans la ville », déclarent-ils, « on veut s’en servir pour conscientiser sur les amas de déchets qui stagnent dans le canal. »

Dimanche, les manœuvres délicates reprendront, au quai des Charbonnages et de la rue Locquenghien pour la pose d’un pont-passerelle de 30 mètres de long et 6,15 m de large, pesant 87 tonnes. Celui-ci sera également enjolivé par des artistes sélectionnés par Kanal - Centre Pompidou.

Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES