«Le Comité de concertation prend des risques», estime Marc Van Ranst

«Le Comité de concertation prend des risques», estime Marc Van Ranst
Belga

Ce jeudi, Marc Van Ranst accordait une interview dans les colonnes du Morgen. L’occasion pour le virologue flamand de revenir sur les décisions qui ont été prises lors du dernier Codeco. Selon lui, « le Comité de concertation prend des risques ».

« Ce risque n’est peut-être pas aussi élevé si tous les feux restent au vert. Si l’occupation des soins intensifs passe vraiment sous les 500 lits d’ici juin (…) Ma plus grande critique à l’égard du Comité de concertation est que le seuil de 500 lits en unité de soins intensifs ne sera pas abaissé davantage comme condition pour les assouplissements de juillet et août. D’ici là, nous devrions être bien moins de 500 lits en USI », a-t-il détaillé.

L’expert s’est également exprimé sur les mutations du coronavirus, qu’il juge « logique ». Leurs effets sont cependant inquiétants : « Cela conduit-il à des patients plus gravement malades et à des admissions en soins intensifs ? Cela nuit-il à l’efficacité de nos vaccins ? Sinon, il est possible de vivre avec de nombreux variants ».

Contrairement à Piet Maes, Marc Van Ranst estime que le variant indien devrait devenir dominant en Belgique. « Au Royaume-Uni, il est déjà en hausse. Et la même chose peut nous arriver. D’autant plus que, quelle que soit la façon dont on voit les choses, d’ici l’été, nous allons échanger des variants », a-t-il expliqué.

Découvrez tous les chiffres du coronavirus dans votre commune (nouveaux cas, incidence et vaccination)

Recherchez votre commune en tapant le code postal ou le nom

Résultat(s) de votre recherche:
Notre sélection vidéo
Aussi en Belgique