Un Baudourois exhibait ses parties intimes devant des étudiantes à Namur et Mons

Un Baudourois exhibait ses parties intimes devant des étudiantes à Namur et Mons
Photo prétexte / N.L.

Le ministère public a requis, lundi devant la sixième chambre correctionnelle du tribunal du Hainaut, division de Mons, deux peines d’un an et de 18 mois de prison contre un Baudourois au profil inquiétant.

Le jeune homme est poursuivi pour plusieurs faits de mœurs et des harcèlements à l’égard de jeunes femmes. Le jeune homme avait écopé d’une peine de quatre ans, assortie d’un sursis probatoire de cinq ans, le 18 décembre 2019 devant le tribunal correctionnel de Bruxelles pour des faits identiques.

Dans des endroits isolés

L’homme âgé de 25 ans, exhibait ses parties intimes devant des mineures et des étudiantes des universités de Namur et de Mons.

Plusieurs jeunes victimes ont déposé plainte à la police et l’ont reconnu ensuite dans la rue. Certaines l’ont pris en photo à des moments proches d’autres agressions commises. L’agresseur les surprenait dans des sentiers ou d’autres endroits isolés, exhibant son sexe en tenant des propos obscènes.

Une peine complémentaire

Le prévenu conteste avoir violé une femme qui lui a donné un fils. Pour ce fait, le ministère public a un doute sur le consentement, « c’est la parole de l’un contre la parole de l’autre ». Par contre, la prévention de harcèlement est établie, selon le procureur.

La défense dit être d’accord, « dans les grandes lignes », avec le procureur du roi, et a demandé une peine d’un an avec sursis, complémentaire à celle prononcée à Bruxelles.

Jugement le 7 juin.

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers