Foot: pas de réclamations après la décision de saison blanche, sauf en Nationale 1

Pour le prochain derby entre Flénu et Cuesmes, encore un peu de patience...
Pour le prochain derby entre Flénu et Cuesmes, encore un peu de patience... - F.Mi.

1 Une bonne décision pour la saison actuelle, mais quid de la suivante ?

La saison blanche ne faisait pratiquement plus aucun doute. Encore fallait-il la confirmation de la cellule de crise de l’Union belge. Tombée ce lundi, la décision a été accueillie avec un soulagement doublé d’un certain fatalisme. « Le dernier Conseil national de sécurité n’a dégagé aucune perspective pour le sport en général », rappelle Fabian Saussez. « Postposer un redémarrage des compétitions aurait engendré beaucoup de sous-entendus, d’incertitudes et de points d’interrogation. Qui sait ? Quatre ou cinq semaines après la reprise, peut-être aurait-il fallu tout stopper à nouveau ? Il valait mieux trancher une fois pour toutes, et la fédération a pris la bonne décision ».

Ceci dit, tout n’est pas réglé pour autant. « Oui, le foot amateur se met en veille quelques semaines. Mais quid de la prochaine saison ? Si le vaccin se révèle efficace et s’il est accepté par 70 % de la population, l’immunité sera garantie. Mais le virus, lui, n’aura pas encore totalement disparu. Il se pourrait donc que des matches soient reportés en 2021-22, aussi, pour cause de joueurs contaminés. À partir de là, quel format de championnat adopter ? Certains clubs voudraient en revenir à l’ancienne mouture. D’accord, mais tout va dépendre du calendrier de reprise. En août ? En septembre ? Plus tard ? Dans ce cas, pourra-t-on envisager les tours finaux ? Se projeter reste très compliqué ».

2 Des tournois sans buvette, cela n’a pas beaucoup de sens

Les jeunes jusqu’à 12 ans peuvent encore jouer et s’entraîner. « Et d’ailleurs, pas mal de clubs préparent déjà des tournois. Mais cela en vaut-il réellement la peine ? De telles organisations demandent beaucoup de préparation. Or, sans accès aux vestiaires et surtout aux buvettes, que vont en retirer les clubs ? N’est-ce pas beaucoup de travail pour pas grand-chose au final en termes de rentrées financières ? Vous me direz, il reste le plaisir de l’enfant, très important. À voir, donc. Je voudrais tenir un discours plus optimiste et déclarer qu’à partir de Pâques, de tels événements pourront avoir lieu. Hélas, la situation sanitaire n’évolue pas nécessairement dans le bon sens. On parle de plus en plus de troisième vague, de fermeture des écoles… C’est inquiétant ».

3 Pas de plaintes ou de recours en provinciales, mais bien en Nationale 1

« Nous n’avons pas reçu de réclamations par rapport à la saison blanche. Pourquoi les clubs de provinciales se plaindraient-ils ? Il faudrait être fou ! Après tout, la décision arrange plutôt bien les équipes qui avaient mal commencé l’exercice. Quant aux clubs qui avaient fait le nécessaire pour construire un noyau compétitif, ils reportent leurs ambitions d’un an. En Nationale 1, par contre, nous avons enregistré quatre réclamations émanant de clubs qui briguaient la montée. Ils aimeraient participer à une sorte de tour final. À ce niveau-là, on peut quasiment parler de semi-pros, qui ont d’autres attentes qu’en séries provinciales. Maintenant, seront-ils suivis ? Là, rien n’est moins sûr ».

4 Des transferts, oui, mais la tendance va aux prolongations

Les contacts entre dirigeants, entraîneurs et joueurs, en vue de renforcer les noyaux, se multiplient ces jours-ci. Ne pourrait-on pas « geler » la campagne de recrutement pour repartir, l’été prochain, avec les effectifs construits à la base pour 2020-21 ? « Non, nous ne pouvons pas empêcher les clubs de faire leur marché », poursuit Fabian Saussez. « C’est contraire à la libre circulation des personnes. C’est vrai, à l’image de Molenbaix en P1, certains ont déjà sorti l’artillerie lourde ! Ceci dit, la tendance générale semble aller vers la reconduction des groupes en place. Maintenant, après les quatre ou cinq matches disputés, rien n’empêche les coaches d’apporter quelques retouches par rapport aux manquements constatés. Après un 0/15, par exemple, j’imagine mal l’entraîneur rester les bras croisés. Pour le reste, rien ne change : démissions en avril, transferts en juin, juillet et août ».

5 Quid des séries après une saison spéciale sans promu ni relégué ?

En principe, chaque club va rester au même étage qu’au début 2020-21, et sans doute aussi dans la même série. Il pourrait toutefois y avoir quelques exceptions. « Pas en P1, et sans doute pas en P2 ni en P3, à moins bien sûr de rapprochements entre matricules ou de disparitions », termine le président du CP. « Aucun bruit ne le laisse penser pour l’instant, mais ces issues ne sont pas impossibles, surtout après la campagne bizarre que nous venons de vivre. Si le cas se présentait, et en l’absence de montant, certains championnats pourraient alors se disputer à quinze équipes. Le retour à un nombre pair interviendrait automatiquement dès l’exercice suivant, en 2022-23. Une chose est sûre, il n’y a pas eu de réunions des Ententes, sur lesquelles nous nous basons généralement pour élaborer et compléter les séries. Il sera donc fait appel à un autre critère cette fois : les kilomètres, la proximité ».

F.Mi.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :province de HainautMolenbaix (c.f. Celles)Celles (Hainaut)
Aussi en Sport régional