Bruxelles: les gages se diversifient au Mont-de-Piété

Une œuvre d’art représentant le footballeur Dieumerci Mbokani.
Une œuvre d’art représentant le footballeur Dieumerci Mbokani. - D.R.

Fondé en septembre 1618, le Mont-de-Piété fêtera son 400e anniversaire en 2018. Créé à l’époque pour lutter contre l’usure des banquiers lombards qui pratiquaient des taux d’intérêt allant jusqu’à 150 %, l’initiative fût très vite reprise par les pouvoirs publics. Aujourd’hui, le Mont se veut un organisme de prêt accessible à tous, proposant un système de crédit n’existant nulle part ailleurs. « Depuis la crise de 2008, le crédit classique est de moins en moins accessible à tout le monde. Les classes les plus basses, ainsi que la classe moyenne, éprouvent de plus en plus de difficultés à emprunter. Ici, le système de crédit se base uniquement sur l’objet amené et non pas sur les autres garanties que la personne peut amener. Nous prêtons à n’importe qui, pour peu que l’objet puisse garantir le prêt », précise le directeur du Mont-de-Piété, Etienne Lambert. « Nous prêtons un maximum sur base de nos fonds propres, nous avons une mission à caractère social. Nous faisons du micro-crédit, l’idée est d’offrir une offre accessible permettant à tout le monde de faire du profit ».

Etienne Lambert, le directeur.
Etienne Lambert, le directeur. - D.C.

Les intérêts convergent toujours avec ceux des clients. Lorsqu’un objet aboutit en vente, l’objectif du Mont-de-Piété est de récupérer la dette du client. Les bénéfices potentiels lors de la vente de l’objet sont directement versés au client. Généralement, plus de 90 % des gages déposés sont récupérés. « Durant l’année 2017, nous organiserons, généralement le mardi, 30 ventes normales de bijoux et objets divers et 5 ventes spéciales. Mardi prochain aura d’ailleurs lieu une vente de bijoux et d’une centaine de sacs de luxe ». Si l’institution occupe actuellement la première place en tant que revendeur de bijoux d’occasion, elle propose depuis plusieurs années un catalogue de plus en plus varié. Œuvres d’art, argenterie, bandes dessinées en bon état, outillage électrique, vins et même vélos sont acceptés comme dépôts.

Une veste en vison blanc.
Une veste en vison blanc. - D.R.

Parmi les objets les plus insolites figurent des ceintures de mariage d’origines turques et marocaines, une veste en vison blanc et même un tableau du footballeur Dieumerci Mbokani, ex-attaquant du Sporting d’Anderlecht.

À l’occasion du 400e anniversaire, de nombreux projets seront mis en place : une exposition gemmologique, la création d’un musée du Mont-de-Piété, une série de cahiers thématiques en collaboration avec l’ULB ainsi qu’une exposition sur les politiques de lutte contre la pauvreté par une série d’acteurs coordonnés par le CPAS.

Des profils variés

Quel est le profil type des emprunteurs ? L’une des caractéristiques essentielles du système de prêt est la discrétion à l’égard des clients. La popularité du Mont-de-Piété vis-à-vis des populations précarisées s’explique par la simplicité de l’emprunt. D’ordinaire, lorsque ces populations demandent un prêt, elles se voient contraintes de soumettre un ensemble important de garanties auprès des organismes financiers. Dans le cas du Mont-de-Piété, la garantie se base uniquement sur la valeur marchande de l’objet déposé. Etienne Lambert observe en outre, un afflux important de clients provenant de la classe moyenne depuis la crise de 2008. « Il faut savoir que la valeur des gages augmente d’environ 10 % par année. Par conséquent, nous recevons des objets de valeurs de plus en plus importantes. Nous avons déjà enregistré des diamants pour une valeur de 72.000 euros de prêts. Au sein de notre clientèle résident des profils variés aux motifs variés parce que la formule de crédit les arrange et correspond à leurs besoins ».

Le record: 27.000 prêts enregistrés pour l’année 2011

Des bijoux.
Des bijoux. - D.R.

Le prêt minimum est situé à 30 euros, tandis que le prêt moyen se situe à 580 euros. Le taux d’intérêt annuel s’élève à 6,5 %. Suite à la crise de 2008, le Mont-de-Piété a instauré un système de prêt, où le client peut amortir le capital sur six mois par mensualités régulières. Les intérêts sont calculés par quinzaine en fonction du capital restant. Après les six premiers mois, le client peut continuer et repartir sur six mois mais alors les intérêts annuels montent à 10,5 %. La balise actuelle se situe à 3,5 % en dessous du taux maximal autorisé. « Au niveau des prêts, nous enregistrions 20.000 prêts en 2015. Nos résultats cette année se stabilisent. Notre record se situe en 2011, où nous avons enregistré 27.000 prêts. Nous comptabilisions 60.000 emplacements pour les dépôts, actuellement 54.000 places sont occupées. Depuis 2011, il est désormais possible de scinder les lots. Neuf prêts autrefois n’en font aujourd’hui plus qu’un », explique Etienne Lambert.

Le Mont-de-Piété ne devient pas propriétaire de l’objet

Aucun prêt n’est anonyme, tout client doit s’identifier avec une pièce d’identité. Un folder regroupant le catalogue des objets est régulièrement remis à la police fédérale qui réagit si elle détecte un objet signalé volé. La valeur marchande de l’objet déposé par le client est définie par des experts spécialisés en moins de 10 minutes. Le Mont-de-Piété n’est pas propriétaire de l’objet. Du moment où l’objet est déposé jusqu’au dernier moment de la vente, le gage demeure la propriété du client. Ce dernier peut à tout moment décider de ne plus racheter l’objet et donner l’ordre de vente. Dans le cas de figure où le client décède, deux possibilités surviennent. Soit tous les héritiers doivent se déplacer pour établir un certificat de notoriété, soit le notaire mandate directement l’un des héritiers. « Il est à noter que ce n’est pas parce que la personne décède que l’on récupère son objet », précise Etienne Lambert.

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES